Accueil du site > Le Temps des Médias > 16 - Espionnage > L’Action française contre l’espionnage allemand : une rhétorique de la trahison devant l’opinion

16 - Espionnage

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Olivier Forcade

L’Action française contre l’espionnage allemand : une rhétorique de la trahison devant l’opinion

Le Temps des médias n°16, Printemps 2011, p. 9-18.

Au début du XXe siècle, le rôle de la Ligue d’Action française fut central dans le débat sur le secret d’Etat. Depuis l’Affaire Dreyfus, la Ligue luttait contre les espions en les dénonçant régulièrement dans la presse. Le journal L’Action française avait développé une rhétorique nationale de la trahison réelle ou supposée. Depuis le plan Tirpitz et l’explosion du navire français Iéna en 1907, l’objectif principal de ce discours patriotique était de préparer l’opinion publique à l’idée de la guerre contre l’Allemagne. Le rôle des médias fut essentiel dans cette campagne politique, tout spécialement dans la presse nationaliste et dans les ouvrages des leaders de la ligue. L’affaire des laiteries Maggi en 1913-1914 permit d’orchestrer une campagne de presse violente qui préfigurait celles de l’après-guerre, après que la guerre de 1914-1918 ait semblé donner raison aux avertissements de la Ligue d’avant-guerre. Après-guerre, la dénonciation de l’espionnage étranger fut constante, l’ennemi allemand cédant la place de choix à l’espion soviétique et communiste dans les médias d’extrême droite. Les fuites d’informations secrètes dans la presse nationaliste avéraient l’existence de liens avec des officiers des services spéciaux militaires français, au 2e bureau de l’état-major de l’Armée, dans une forte connivence idéologique. englishflag

>> Acheter cet article sur CAIRN

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/L-Action-francaise-contre-l,3384.html

Sommaire du numéro