Accueil du site > Le Temps des Médias > 16 - Espionnage > Comment la troisième équipe de la DGSE a-t-elle pu faire couler... autant d’encre ? Le dénouement de l’affaire du Rainbow Warrior entre « fuites » et journalisme « d’investigation »

16 - Espionnage

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Floran Vadillo

Comment la troisième équipe de la DGSE a-t-elle pu faire couler... autant d’encre ? Le dénouement de l’affaire du Rainbow Warrior entre « fuites » et journalisme « d’investigation »

Le Temps des médias n°16, Printemps 2011, p. 100-117.

Plus qu’un scandale politique lié à une opération menée par un service de renseignement, l’épisode du Rainbow Warrior incarne avant tout une affaire médiatique qui se développe au cours de l’été 1985. Grâce à cet évènement, le journalisme dit « d’investigation » a connu, en France, un essor considérable et a gagné une légitimité qui fonde encore aujourd’hui son existence. Toutefois, il convient de s’intéresser aux conditions d’émergence de la vérité, essence même de l’investigation, qui, en définitive, jettent le trouble sur cette pratique journalistique. En matière de renseignement, comme en d’autres domaines, la primeur (le « scoop ») n’existe pas mais correspond plutôt à une invention, une mise en scène d’une réalité beaucoup plus prosaïque et, parfois, à l’opposé des légendes dorées. englishflag

>> Acheter cet article sur CAIRN

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Comment-la-troisieme-equipe-de-la,3396.html

Sommaire du numéro