Accueil du site > Actualités > Séminaires > > Séminaire réunion-échange "Représenter l’autre" 25 novembre 2015

Séminaires

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Séminaire réunion-échange "Représenter l’autre" 25 novembre 2015

Sébastien Candelon (Doctorant sous la direction de Laurent Veray, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, ED 267, IRCAV).

Dans l’ombre d’Al-Qaida, la construction cinématographique d’un terroriste moyen-oriental à Hollywood

Les événements du 11 septembre 2001 n’ont fait qu’instaurer le personnage du terroriste islamiste dans le paysage cinématographique hollywoodien. Après un temps de doute où il s’agissait de tenir à distance ce terroriste par l’animation (Team America : World Police, 2004), la figure du psychopathe (Red Eye, 2005), du monstre (War of the Worlds, 2006) ou par le moyen de la caricature (V for Vendetta, 2006), Hollywood impose de nouveau de 2006 à 2012 cet ennemi comme Mal absolu. Avec quels procédés représentatifs ce terroriste islamiste hollywoodien s’est-il construit ? En quoi est-il différent de la période pré-11 Septembre (Executive Decision, True Lies, The Siege) ? Représenter le Moyen-Orient par le biais du terroriste ne conduirait-il pas à une construction perverse d’un territoire ontologiquement terroriste ? Enfin, pour quelles raisons l’année 2013 marque-t-elle un basculement dans l’histoire du terroriste hollywoodien ?

Merlin Lambert (Étudiant en Master 2 « Histoire et Audiovisuel » sous la direction de Sébastien Le Pajolec et Myriam Tsikounas, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, UFR 09).

Rapatrié, Pied-Noir et Juif ou comment se définir face à l’Autre : Étude de cas sur quatre films du réalisateur Alexandre Arcady

Mes recherches portent sur les représentations des Pieds-noirs et Juifs pieds-noirs dans les fictions cinématographiques et télévisuelles, de 1965 à 2005. Le fait que ces dénominations soient sujettes à caution et qu’en même temps elles aient suscité tout un type d’œuvres pose la question de la représentation des identités particulières par le biais de la fiction audiovisuelle. Celle-ci n’aurait-elle pas été un moyen de renvoyer une image de communauté ? En m’intéressant exclusivement aux films et téléfilms portant sur les Pieds-noirs une fois installés en France métropolitaine, je cherche à interroger cette notion de « communauté représentée ». La population pied-noire étant d’origines très diverses il faut se demander qui est représenté, en étudiant particulièrement les rapports entre identité pied-noire indifférenciée et identité juive pied-noire et les évolutions qu’ont connu ces constructions identitaires dans le discours fictionnel. J’étudie également les conditions de production de ces œuvres car le fait que ce soient le plus souvent des pieds-noirs qui aient eux-mêmes fait des films sur les Pieds-noirs interroge les enjeux que ce souci de représentation de Soi révèle. Enfin, mes recherches portent sur la réception de ces œuvres sur ceux qui sont censés être représentés, par le biais des revues communautaires et associatives pieds-noires et juives.

De 17h30 à 20h – Galerie Colbert Salle 133 - 1er étage 2 rue Vivienne 75002 Paris Métro Palais Royal, Bourse ou Pyramides

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Seminaire-reunion-echange.html