Accueil du site > Actualités > Recensions d’ouvrages > Presse écrite - Imprimé > Ouvrage : Hirtzmann Ludovic, Martin François, Le défi des quotidiens gratuits (Éditions MultiMondes, 2004). Recension par Marie-Christine Lipani Vaissade.

Recensions d’ouvrages

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Ouvrage : Hirtzmann Ludovic, Martin François, Le défi des quotidiens gratuits (Éditions MultiMondes, 2004). Recension par Marie-Christine Lipani Vaissade.

« Les gratuits étonnent en ce sens qu’ils ne sont pas si différents des quotidiens payants ». La tonalité et l’esprit de cette étude sur ces nouveaux journaux d’information gratuits, et leurs effets sur la presse en général, sont donnés dès les premières lignes de l’ouvrage. Les auteurs insistent : « cette étude est passionnante » et ils ont raison, l’arrivée des gratuits a bouleversé le paysage médiatique, l’enjeu est considérable tant au niveau économique que culturel. L. Hirtzmann, docteur es Lettres et communiquant, et F. Martin, journaliste indépendant franco-québécois, s’intéressent à cette déferlante des gratuits à travers une étude comparatiste entre le Québec et la France – comparaison pertinente parce qu’elle s’appuie sur deux contextes particuliers. En effet, au Québec, existe une réelle culture de la presse gratuite et les lecteurs l’apprécient. « Cette presse gratuite, confirment les auteurs, n’est pas perçue comme une presse de mauvaise qualité ». Ce qui n’est pas vraiment le cas en France. Dès l’irruption de Métro et 20 Minutes en 2002, de nombreux éditorialistes, aux plumes assassines, ont transformé ces nouveaux concurrents en de véritables ennemis, opposant systématiquement qualité et gratuité. Aujourd’hui, certains payants ont organisé leur riposte, soit en s’associant avec un titre gratuit, soit en produisant leur propre gratuit. Pourtant le phénomène des gratuits ne cesse de s’amplifier et de nouveaux supports font leur apparition. La presse traditionnelle, déjà fragilisée, doit désormais compter avec ces nouvelles publications.

L. Hirtzmann et F. Martin s’appliquent à démontrer les enjeux de cette situation. Après un état des lieux éclairant sur la progression des gratuits, et une présentation complète des groupes, des alliances et des moyens que cachent Métro et 20 Minutes, ils s’interrogent sur la naissance d’un nouveau concept. « Les gratuits d’information ne réinventent pas le journalisme mais ils préfigurent un autre journalisme ». Si les auteurs pointent les atouts de ce type de presse tel que leur mode de distribution offensif, directement à la rencontre du lecteur dans les transports en commun, ils pistent aussi les failles, démontant un à un les arguments avancés par les gratuits eux-mêmes. Ainsi, pour L. Hirtzmann et F. Martin, Métro et 20 Minutes ne cibleraient pas un nouveau lectorat, non lecteur de presse traditionnelle. Seules les potentialités du marché publicitaire domineraient leur stratégie d’implantation.

Cette étude détaillée, appuyée de chiffres, d’exemples et d’interviews de journalistes, plutôt critique vis-à-vis des gratuits, s’avère assez lucide quant à la situation de la presse en général. Malgré tout, le lecteur reste un peu sur sa faim, la question des attentes du lectorat est peu traitée et pourtant les gratuits ont, semble-t-il, bel et bien trouvé un public. En revanche, les auteurs l’ont senti, l’opposition entre gratuité et qualité est désormais un faux débat. Les gratuits ont des capacités d’évolution indéniables. Médias de conquête, ils risquent encore de s’emparer de nouveaux marchés.

Marie Christine Lipani Vaissade

Recension publiée dans Le Temps des médias, n° 4, printemps 2005, p. 279.

Citer cet article : https://www.histoiredesmedias.com/Ouvrage-Hirtzmann-Ludovic-Martin.html

Dans la même rubrique