Accueil du site > Le Temps des Médias > Tous les numéros > 18 - Histoire de l’Internet, l’Internet dans l’histoire

Numéro 18 - Histoire de l’Internet, l’Internet dans l’histoire

Intitulé "Histoire de l’internet, internet dans l’histoire", le dossier du nouveau numéro du Temps des Médias s’interroge sur l’histoire de l’infrastructure du réseau et sur celle de ses usages. Jérôme Bourdon et Valérie Schafer, directeurs du numéro, ont incité les auteurs à comparer internet aux réseaux qui l’ont précédé, pour se projeter dans la longue durée de l’histoire des médias et réinterroger la notion même de média. Ce dossier est ouvert aux sciences politiques, à la sociologie et aux sciences de l’information, qui suggèrent de nouvelles sources aux historiens. Il revendique aussi une importante dimension internationale, abordant aussi bien la naissance du réseau aux Etats-Unis que ses récents développements en Chine.

Dossier coordonné par Jérôme Bourdon et Valérie Schafer.
n°18, Printemps 2012.


Sommaire

Dossier : Histoire de l’Internet, Internet dans l’histoire

  • Jérôme BOURDON, Valérie SCHAFER - Présentation

    Il est temps de se pencher sur l’histoire de l’Internet. Nous pouvons l’affirmer d’abord par le constat d’un fait de génération. Vient à maturité aujourd’hui, en Occident, une génération entière qui est née avec l’Internet grand public, qui s’étonne de ce qu’a pu être un monde sans Internet, ou même un monde avec Internet mais sans le web, tandis que leurs aînés éprouvent l’étonnement inverse, et voient disparaître un monde d’habitudes, où l’on allait chercher la lourde encyclopédie pour vérifier un fait, ouvrir la boîte aux lettres qui recèle une missive de l’ami d’outre-atlantique, où un projet de travail international commun passait nécessairement par de coûteuses réunions difficiles à organiser, où l’on ne (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Paul E. CERUZZI - Aux origines américaines de l’Internet : projets militaires, intérêts commerciaux, désirs de communauté

    L’Internet trouve ses racines techniques dans un programme sponsorisé par l’Advanced Research Projects Agency (ARPA), parrainée par le Ministère américain de la Défense, à l’apogée de la Guerre froide avec l’Union soviétique. Mais ces racines, qui sont connues, ne révèlent qu’une partie de l’histoire de l’Internet. Celui-ci possède également des composantes socio-politiques importantes, dont aucune n’était présente dans l’ARPANET. L’Internet, en particulier tel que l’on y accède par le Web, est une expression de l’interaction entre des forces techniques, sociales, politiques et économiques. Cet article débat du rôle de l’ARPA dans le contexte d’autres tentatives, extra-militaires, pour utiliser la technologie des (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Françoise MASSIT-FOLLÉA - La gouvernance de l’Internet. Une internationalisation inachevée

    Appliqué à l’Internet, le terme “gouvernance” a tout d’abord été réservé à la gestion des adresses IP et des noms de domaine. Le système mis en place par les pratiques des pionniers s’est vu largement récupéré par le gouvernement et les entreprises des États-Unis. Sa démocratisation et son internationalisation ont alors fait l’objet d’intenses débats lors du Sommet Mondial sur la Société de l’Information, conduit sous les auspices de l’ONU. Mais à ce jour, faute d’accord sur les principes et les instruments, la gouvernance de l’Internet est encore un “enjeu orphelin”, qu’aucune institution existante n’est à même de saisir dans sa (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Pascal GRISET, Valérie SCHAFER - « Make the pig fly !  » : l’Inria, ses chercheurs et Internet des années 1970 aux années 1990

    L’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (Inria) occupe une place déterminante pour l’arrivée d’Internet en France, à une période où le « réseau des réseaux » échappe encore aux usages grand public. Son rôle est largement lié dans un premier temps à des actions individuelles. La part des éléments informels et des initiatives de chercheurs permet d’observer les frontières imprécises entre monde des producteurs d’innovation et sphères des « utilisateurs » et les tensions créatrices qui traversent l’Institut.

    >> Lire la totalité de l'article
  • Benjamin THIERRY - « Révolution 0.1  ». Utilisateurs et communautés d’utilisateurs au premier âge de l’informatique personnelle et des réseaux grand public (1978-1990)

    Dès les années 1980 s’épanouissent en France les premiers usages grand public de l’informatique et de la communication interactive dans un contexte socio-technique marqué par la télématique et « l’informatique familiale ». Des groupes d’early adopters passionnés et une part non négligeable de novices enthousiastes découvrent la micro-informatique et le Minitel. Des sociabilités complexes se mettent alors en place grâce à des vecteurs nombreux qui permettent de faire circuler et partager savoir-faire et imaginaires collectifs (revues, fanzines, messageries, clubs et associations). Le passage d’une culture informaticienne à l’âge numérique marqué par le grand public est enclenché. Ce creuset initial des (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Franck REBILLARD - La genèse de l’offre commerciale grand public en France (1995-1996) : entre fourniture d’accès àl’Internet et services en ligne « propriétaires  »

    Au milieu des années 1990, l’Internet se déploie en dehors du monde académique et l’offre commerciale se structure. Les groupes industriels de communication investissent ce nouveau marché avec une offre duale, ajoutant des services en ligne dont ils assurent eux-mêmes l’intermédiation à la simple fourniture d’accès à l’Internet. Ce second sentier sociotechnique sera finalement le seul retenu, témoignant d’un possible hiatus entre les cadres sociotechniques des industriels et ceux des internautes de l’époque.

    >> Lire la totalité de l'article
  • Alexandre COUTANT, Thomas STENGER - Les médias sociaux : une histoire de participation

    Les « médias sociaux » constituent un phénomène aussi difficile à appréhender dans ses fonctionnalités et usages que dans son histoire. Cet article propose de les interroger sous l’angle de la valeur heuristique de leur définition, de la cohérence historique du regroupement de plateformes qu’elle propose et de la réalité des possibilités de participation qu’elle postule. Il révèle ainsi les enjeux économiques qu’une focalisation sur la participation des internautes masque et propose une représentation plus complexe des différentes configurations sociotechniques émergeant dans le Web du xxie (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Fabien GRANJON, Asrad TORRES - R@S : la naissance d’un acteur majeur de l’« Internet militant  » français

    Le Réseau associatif et Syndical (R@S) a été créé au lendemain du large mouvement social de novembre-décembre 1995. Jusqu’en 2009, date de sa dissolution, le R@S a été un acteur discret, mais majeur dans la structuration et le développement d’un sous-champ spécifique de l’espace des mouvements sociaux, celui travaillant à l’acculturation et à l’appropriation des technologies de la néo-télématique par les mouvements sociaux. Dans le cadre de cet article, nous souhaitons documenter la période de création du R@S en prêtant une attention plus particulière à certaines dimensions sociopolitiques du (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Séverine ARSÈNE - Protester sur le Web chinois (1994-2011)

    Depuis les premières connexions Internet internationales en Chine en 1994, les Chinois sont les internautes les plus nombreux du monde et ils profitent d’une variété considérable de services en ligne. En dépit de la censure, Internet leur a offert un répertoire de protestation unique. Non seulement les dissidents y ont trouvé un moyen de faire circuler leurs idées, mais l’ensemble des citoyens disposent d’un outil pour partager leurs indignations. Toute une culture populaire propice à la critique, à l’ironie et à la contestation se développe au sein de la jeunesse (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Camille PALOQUE-BERGES - La mémoire culturelle d’Internet : le folklore de Usenet

    L’histoire de la communication sur Internet doit aujourd’hui constituer des corpus de documents témoignant des mythes associés aux réseaux numériques. Plusieurs exemples pris dans une des communautés virtuelles les plus populaires d’Internet avant le Web, Usenet, permettront de montrer la naissance de cette culture, à travers ses formes et thématiques, et d’analyser les contextes, les modes de production et les comportements de la communication en ligne qui composent aussi bien un folklore qu’une mémoire culturelle de l’Internet.

    >> Lire la totalité de l'article
  • Michaë l OUSTINOFF - Les langues sur Internet : de l’hégémonie de l’anglais au règne de la traduction

    Trois étapes majeures sont à distinguer dans l’historicisation des langues sur Internet : la première est celle de l’hégémonie d’une langue sur toutes les autres, à savoir l’anglais, pressentie comme appelée à demeurer la langue de l’Internet comme de la mondialisation ; la deuxième, celle d’une rebabélisation accélérée et spectaculaire d’Internet (environ 280 langues présentes sur Wikipedia) ; la troisième, celle de la traduction. Ces trois étapes sont schématiquement celles qu’on retrouve dans la plupart des grands mouvements de traduction dans l’histoire, qu’il convient par conséquent d’analyser dans toute la complexité de leurs implications historiques, économiques, culturelles ou (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Michaë l OUSTINOFF - Les langues sur Internet : de l’hégémonie de l’anglais au règne de la traduction

    Trois étapes majeures sont à distinguer dans l’historicisation des langues sur Internet : la première est celle de l’hégémonie d’une langue sur toutes les autres, à savoir l’anglais, pressentie comme appelée à demeurer la langue de l’Internet comme de la mondialisation ; la deuxième, celle d’une rebabélisation accélérée et spectaculaire d’Internet (environ 280 langues présentes sur Wikipedia) ; la troisième, celle de la traduction. Ces trois étapes sont schématiquement celles qu’on retrouve dans la plupart des grands mouvements de traduction dans l’histoire, qu’il convient par conséquent d’analyser dans toute la complexité de leurs implications historiques, économiques, culturelles ou (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Fanny GEORGES - « A l’image de l’Homme  » : cyborgs, avatars, identités numériques

    Cet article propose d’analyser les représentations de l’utilisateur sur le réseau, depuis les premiers outils de discussion (BBS, Usenet), afin de mettre en évidence les étapes successives de construction des imaginaires de l’être humain en réseau. Au point de départ de l’histoire de l’informatique, domine la figure du cyborg, substitut déshumanisé de l’être humain. Puis, dans les années 80, la figure de l’avatar incarne un modèle différent en désignant un personnage virtuel animé par un être humain. Enfin, la figure du profil utilisateur désigne une agrégation d’informations issues des activités de communication et de consommation de l’utilisateur sur Internet. Cette approche historique montre le passage d’une (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Jacques PERRIAULT - Réseaux de communication horizontale, un aperçu àtravers le temps

    Cet article revient sur deux questions rencontrées dans mes travaux à propos des réseaux de communication. La première concerne la possibilité de reconstituer un réseau à partir de données éparses : est-il possible d’en élaborer une archéologie en exploitant les documents dont on dispose ? La seconde question porte sur le rôle des réseaux, aussi bien actuels que disparus, pour corriger des déséquilibres sociétaux et sous quelles conditions.

    >> Lire la totalité de l'article
  • Niels BRÃœGGER - L’historiographie de sites Web : quelques enjeux fondamentaux

    Cet article décrit certains des enjeux fondamentaux auxquels est confronté l’historien de sites Web. Dans un premier temps, nous nous concentrerons sur la notion de « site Web », puis nous chercherons à identifier la nature spécifique du site Web archivé. Ce point de départ nous permettra d’analyser les conséquences méthodologiques liées à certaines des caractéristiques du site Web, comme par exemple, la création d’un registre. Pour conclure, nous montrerons que la nature même du site Web contraint l’historien du Web à donner de nouvelles perspectives conceptuelles à certaines difficultés méthodologiques bien connues en histoire des (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Janet ABBATE - L’histoire de l’Internet au prisme des STS

    L’émergence de l’Internet en tant que média invite les historiens à reconsidérer leurs hypothèses concernant les frontières entre l’humain et le non-humain, l’infrastructure et la culture, la technologie et la société. Les concepts relevant des Science and Technology Studies (STS) peuvent fournir des modèles pour reconsidérer les catégories traditionnelles des média et mettre en lumière les liens entre technologie et culture. Par une première série d’exemples, cet article montre en quoi les ordinateurs et l’Internet ont brouillé les frontières entre infrastructures et culture : des visions littéraires partagées ont inspiré les systèmes informatiques effectivement mis en œuvre, tandis que les matériels de (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Quelques repères chronologiques internationaux et nationaux

Territoires d’études

  • Nicole EDELMAN - Ce que les dieux, les religions et les églises font des médias. Pour une science du divin ? A nouvelle religion, nouvelle revue

    De nouvelles religions naissent en Europe et en Amérique du Nord dans la deuxième moitié du XIXe siècle et le spiritisme créé par Allan Kardec est l’une des plus importantes d’entre elles. Après la mort de son créateur en 1869, la religion spirite donne naissance à bien des dissidences et d’autres groupes de croyances apparaissent. Or, la religion mère et ses avatars ont tous pour support de diffusion une revue : La Revue spirite (Allan Kardec), la Revue scientifique et morale du spiritisme (Gabriel Delanne), La Lumière (Lucie Grange), L’Aurore du jour nouveau (Lady Caithness) pour ne citer que les plus connues et les moins éphémères. Toutes ces revues s’appuient sur les paroles des « médiums », (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Sébastien DENIS - L’allégorie politique et ses limites. Sur quelques adaptations cinématographiques et musicales d’Animal Farm (George Orwell, 1945)

    D’innombrables livres ont été adaptés au cinéma ou dans d’autres médias sans qu’on s’interroge sur leur idéologie ; mais le cas d’Animal Farm de George Orwell (1945), tout comme celui de 1984 (1948) du reste, est différent puisque le texte initial est luimême chargé d’idéologie, et engage donc le spectateur dans un objet politiquement orienté. Dans Animal Farm, l’auteur propose de manière assez claire une allégorie négative du système totalitaire soviétique, là où 1984 laisse ouverte l’interprétation du contexte – tous les totalitarismes sont envisageables derrière Big Brother. Animal Farm étant une fable (donc un texte parmi les plus polysémiques qui soient puisque sujet à une lecture potentiellement différente (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Dominique PINSOLLE - Un patron de presse méconnu : Henry Poidatz (1854-1905)

    Le quotidien Le Matin, lancé à Paris en 1884 et interdit à la Libération, est resté dans les mémoires comme le journal du légendaire Maurice Bunau-Varilla, qui en fut le patron mégalomane pendant plus de quarante ans. Les frasques et les lubies de ce dernier ont tendance à occulter le rôle pourtant fondamental joué par ses prédécesseurs à la tête du journal : Alfred Edwards, de 1885 à 1895, et Henry Poidatz, de 1897 à 19031. Ce dernier est sans nul doute le moins connu des trois principaux dirigeants du Matin. Entre les scandales retentissants dans lesquels Edwards a été impliqué et les campagnes de chantage tapageuses qui ont fait la célébrité de Bunau-Varilla, Poidatz apparaît comme un directeur discret (...)

    >> Lire la totalité de l'article

Entretien

Recherche-Actualités

  • Positions de thèses

    Berna Günen, The European Press Coverage of the War in Bosnia-Herzegovina (La guerre en Bosnie-Herzégovine dans la presse européenne), Sciences Po Paris (dir. Maurice Vaïsse), 16 septembre 2011. Delphine Le Nozach, Les insertions de produits et de marques dans le cinéma français contemporain. Du filmique au cinématographique, Université Nancy 2 (dir. Béatrice Fleury et Jean-Marc Lehu), 13 octobre 2010. Fanny Bugnon, La violence politique au prisme du genre à travers la presse française (1970-1994), Université d’Angers (dir. Christine Bard), 9 novembre 2011. Laetitia Gonon, Le fait divers criminel dans la presse quotidienne française du xixe siècle. Enjeux stylistiques et littéraires d’un exemple (...)

    >> Lire la totalité de l'article
  • Tables rondes

    « Du Minitel à Internet... 30 ans de services en ligne », Tables rondes, Association @rmorhistel, Rennes, 14 octobre 2011.

    >> Lire la totalité de l'article
  • Colloques

    « Les mutations de l’information et des médias locaux et régionaux : économie, contenus, usages et pratiques professionnelles », Colloque international, Laboratoire d’Etudes et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales de Toulouse (UT3), Toulouse, 20-21 octobre 2011. « Cinéma et modernité culturelle, 1910-1939 », Colloque international, Paris, INHA, 1er-3 décembre 2011. « Les archives audiovisuelles – nouveaux usages, nouveaux enjeux pour la recherche et l’éducation », Colloque, FMSH, Paris, 5 et 6 décembre 2011.

    >> Lire la totalité de l'article
  • Festival

    « Les Médiatiques » : de la fabrication à la réception, une plongée au cœur des images dans le cadre d’un festival consacré aux médias.

    >> Lire la totalité de l'article

Parutions

Le point sur...

Chronique Passé-Présent