Accueil du site > Ressources > Ouvrages de référence > Une histoire de la langue de bois

Ouvrages de référence

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

DELPORTE Christian, Une histoire de la langue de bois, Paris, Flammarion, 2009.

Les Allemands parlent de langue de béton, les Chinois de langue de plomb, les Cubains du tac-tac... quel que soit le nom coloré qui la désigne, la langue de bois prospère sous toutes les latitudes. Comme si elle était devenue, à nos yeux fatigués, l’expression même de la politique. Courte vue ! La langue de bois a bel et bien une histoire, que Christian Delporte fait commencer en 1789 : avec la Révolution française, pour la première fois, les mots deviennent infâmes ou nobles indépendamment de leur sens, suscitant un art oratoire magnifique d’ennui, dans lequel Saint-Just et surtout Robespierre vont passer maîtres. En URSS, en Allemagne nazie comme dans les démocraties populaires, la langue de bois connaît ensuite des développements virtuoses, avec des variantes très efficaces en Afrique et au Maghreb. Quel que soit le régime politique, elle s’épanouit particulièrement en temps de guerre : de Napoléon à George Bush, en passant par 14-18 et les « événements » d’Algérie, le bourrage de crânes recourt aux mêmes techniques pour voiler une défaite ou déguiser une retraite en victoire. Et en période de crise, la langue de bois sait déployer des ressources insoupçonnées pour tourner autour du pot, qu’elle invite pudiquement à la rigueur ou claironne la sortie du tunnel. Sa dernière invention, qui fera date, c’est le parler-vrai : la langue de bois finira bien par nous persuader qu’elle est morte, tant nos politiques font d’efforts pour parler aujourd’hui, disent-ils, comme tout le monde...
En savoir plus : http://editions.flammarion.com/Albums_Detail.cfm?ID=36306&levelCode=sciences
Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Une-histoire-de-la-langue-de-bois.html