Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Un musée des autres ? Discours de l’institution et co-constructions médiatiques

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Laetitia Grosjean : Un musée des autres ? Discours de l’institution et co-constructions médiatiques

Thèse en sciences du langage (Université de Franche-Comté). Soutenance le vendredi 15 janvier 2016 à 13h30 au salon Préclin de la Faculté des Lettres à l’université de Franche-Comté.

Membres du jury :
Andrée Chauvin-Vileno, Professeur à l’université de Franche-Comté, Directeur
Yves Jeanneret, Professeur à l’École des hautes études en sciences de l’information et de la communication (CELSA, Paris-Sorbonne), Rapporteur
Daniel Lebaud, Professeur émérite à l’université de Franche-Comté, Examinateur
Mongi Madini, Maître de conférences à l’université de Franche-Comté, Co-directeur Marie-Sylvie Poli, Professeur à l’université d’Avignon et des pays de Vaucluse, Examinateur
Georges-Élia Sarfati, Professeur à l’université Blaise Pascal (Clermont Ferrand II), Rapporteur

La thèse porte sur le discours institutionnel du Musée du Quai Branly (MQB) sous deux angles : la mise en œuvre de l’interdisciplinarité déclarée entre anthropologie et histoire de l’art, et la manière dont le musée se propose d’être un lieu « où dialoguent les cultures », selon sa devise. La construction et la circulation du sens sont étudiées d’une part, en retraçant l’élaboration progressive du concept muséal à travers l’analyse de l’interaction entre les discours des acteurs institutionnels et les discours sociaux dans la presse (1996-2006) ; d’autre part, en travaillant sur le processus de médiation et de médiatisation des productions culturelles du MQB après son ouverture (2006-2013). La démarche proposée est une lecture-analyse socio-sémiotique de la communication muséale qui s’attache aux représentations de l’altérité, en s’appuyant sur une topique sociale du sens commun et une théorisation de la trivialité culturelle. Les méthodologies sont adaptées aux corpus complémentaires convoqués. Ainsi, un corpus de presse quotidienne (1996-2006) est étudié en analyse du discours au sein d’un moment discursif organisé dans un dispositif événementiel, des titres d’expositions temporaires (2006-2013) par une analyse inspirée de la sémantique interprétative, des affiches d’expositions (2006-2013) à partir d’une sémiotique visuelle ; enfin, cinq expositions temporaires (2011-2013) sont analysées en tant que discours expographiques mis en relation avec une circulation de textes (dossiers et communiqués de presse, pages du site internet, catalogues d’exposition et presse culturelle). La thèse identifie un processus d’idéologisation ; entre l’affirmation publique de son ethos préalable et son ethos en action, le MQB privilégie la reconnaissance esthétique de l’altérité ; c’est un musée du Nous qui met en scène les Autres, et qui sert d’outil de promotion de l’art.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Un-musee-des-autres-Discours-de-l.html