Accueil du site > Le Temps des Médias > Présentation de la revue > Tabous et censures dans l’histoire de la presse

Présentation de la revue

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Le Monde, édition datée du 05.12.03

Tabous et censures dans l’histoire de la presse

Ouvrir le dossier des interdits, évoquer tabous, transgressions et censures, tel est le thème de la plongée dans l’histoire de la presse que propose Le Temps des médias. Cette revue semestrielle publiée par la Société pour l’histoire des médias et Nouveau Monde Editions ambitionne de donner au lecteur, par le biais d’éclairages historiques, des outils d’analyse et de compréhension du monde des médias dans lequel il vit.

Comme en écho au rapport Kriegel sur la violence et la pornographie à la télévision, la revue ouvre par une approche de l’histoire culturelle de la pornographie en Occident. "Le mot "pornographe" est utilisé par le grammairien Athénée au IIe siècle après J.-C. pour désigner les artistes qui excellent dans l’art de représenter les choses de l’amour", explique Laurent Martin, du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. En français, le mot pornographie, dans le sens d’images ou d’écrits obscènes, n’apparaît qu’en 1830. L’auteur retrace l’évolution de la perception de ce phénomène et des réactions qu’il n’a cessé de susciter. Du bannissement d’Ovide par Auguste au prétexte que ses écrits mettaient en péril l’institution du mariage, qualifié d’acte de "censure ou plutôt de répression littéraire", au tollé suscité par le Jugement dernier peint par Michel Ange pour la chapelle Sixtine, avec, dans le choeur des révoltés, l’Arétin, ! pourtant auteur de textes frappés d’interdit papal, comme les Sonnets luxurieux. Et à la loi de 1975 instituant le classement X des films pornographiques.

Bien d’autres sujets, plus directement liés au monde de la presse, sont abordés dans ce dossier sur les interdits, comme la façon dont la presse a traité du thème de la pédophilie. Maître de conférences en histoire contemporaine à Paris-X - Nanterre, Anne-Claude Ambroise-Rendu distingue quatre temps : le tournant du XXe siècle, où l’on assiste à une prise de conscience doublée d’une dénonciation des abus sexuels sur enfants, thème passé sous silence jusque-là ; les années 1920-1970, quand ce thème subit un reflux et une euphémisation dans la presse, suivies dans la décennie 70 d’une période de quasi-plaidoirie pour la pédophilie sur fond de libération sexuelle, avant le temps de la condamnation dans les années 1990.

Dominique Cardon, du CNRS, évoque aussi l’émission de Ménie Grégoire sur RTL, qui a recueilli, de 1967 à 1981, des témoignages sur l’intimité sexuelle des auditeurs. Ce programme a servi de relais auprès du public d’un changement de discours sur la sexualité, avec la revendication d’un droit au plaisir.

LES MÉDIAS SONT-ILS SEXUÉS ?

L’historien Bruno Bertherat s’arrête sur le traitement télévisuel d’un des grands faits divers de la fin du siècle, la mort de Jacques Mesrine, tué par la police en 1979. Il s’interroge sur l’insistance à montrer le cadavre de "l’ennemi public numéro un", brisant ainsi un tabou. Il y voit comme le désir des policiers de mettre en scène le triomphe de l’ordre. Le dossier se conclut par une interrogation de Patrick Eveno, maître de conférences à Paris-I et rédacteur en chef de la revue : les médias sont-ils sexués ? Il évoque la féminisation progressive du métier de journaliste, l’appétit des femmes pour les médias, mais aussi l’image des femmes dans la publicité. Au dossier succède la rubrique "Territoires d’études", qui fait le point des recherches sur un thème, dans ce numéro, "Ethique et journalisme". Gilles Feyel, professeur d’histoire moderne à Paris-II, évoque les origines de l’éthique et la figure emblématique de Théophraste Renaudot. Correspondant du Monde à Bruxelles, Thomas Ferenczi analyse le phénomène au XIXe siècle, alors que le sociologue Jean-Marie Charon expose la responsabilité des journalistes devant leurs pairs et envers le public au XXe siècle. La rubrique "Entretiens" donne ensuite la parole à Michel Polac à travers l’évocation de son parcours médiatique à rebondissements. Le Temps des médias se termine par un foisonnement d’informations sur les parutions récentes, les recherches universitaires et l’actualité scientifique internationale. La richesse du contenu de cette nouvelle publication est à l’image d’un champ de recherche d’une grande vitalité et porté par l’engagement de chercheurs décidés à se regrouper pour bâtir un projet collectif.

Laurence Girard

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Tabous-et-censures-dans-l-histoire.html