Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > TF1 face au Tsunami du 26 décembre 2004. Construction d’un objet politique et médiatique (26 déc. 2004 - fin 2009)

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

AZEVEDO Marlyce (De) : TF1 face au Tsunami du 26 décembre 2004. Construction d’un objet politique et médiatique (26 déc. 2004 - fin 2009)

Thèse en Sciences de l’information et de la communication soutenue : le 5 février 2010 - à 14h. Lieu : Amphithéâtre Jean-Moulin à l’ISH de Lyon. 14 avenue Berthelot
Jury : LAMIZET Bernard, professeur des universités, Institut d’Études Politiques de Lyon (directeur) ; PALMER Michael, professeur des universités, Université Paris 3 ; LAMBERT Frédéric, professeur des universités, Université Paris 2

Le 26 décembre 2004, l’un des plus violents séismes de l’histoire a lieu au large de l’île indonésienne de Sumatra, provoquant une série de tsunamis. Si les catastrophes naturelles constituent un type d’événement prisé des médias, celle-ci se distingue en tant que nouvel objet médiatique en mettant en œuvre, selon nous, une sémiotique de la crise fondée sur la confusion, la violence et l’urgence. Motivés par la concurrence et par le caractère inouï du tsunami, les médias ont proposé une information inscrite dans une logique de dramatisation, d’esthétique et de politique. Nous partons du postulat selon lequel la dramatisation s’est exprimée à travers une couverture importante dans les semaines et les mois qui suivirent et la redondance d’images choquantes. Elle s’est traduite ensuite par la difficulté qu’ont éprouvé les médias à appréhender un phénomène étranger. Enfin, elle s’est esquissée dans le recours à une rhétorique de l’émotion basée sur une dialectique de l’éloignement et de la proximité. La représentation médiatique de l’événement met au jour les trois dimensions de celui-ci : une dimension réelle des conséquences humaines et matérielles de la catastrophe et des actions politiques qu’elle engendre, une dimension symbolique des interprétations auxquelles elle est sujette et des représentations qu’elle véhicule et une dimension imaginaire révélatrice des peurs liées aux catastrophes. La représentation de la catastrophe passe par l’élaboration d’une sémiotique propre qui porte sur son histoire, ses acteurs, sa polyphonie, son inter-événementialité, sa géographie et sa temporalité. Au cours de la médiatisation, le média parle de l’événement mais il fait aussi appel à d’autres connaissances pour mieux le rendre intelligible et lui donner du sens. De fait, la représentation révèle une vision du monde et de ses acteurs. Nous observerons comment la représentation de la catastrophe s’articule à de nombreux questionnements : sur le lien entre catastrophe et écologie politique, entre catastrophe et risque et entre catastrophe et opposition Nord-Sud. Nous avons choisi, par ailleurs, de confronter notre corpus au domaine de la fiction, en nous appuyant sur un téléfilm anglo-américain produit en 2006 : « Tsunami : les conséquences ». Ce parallèle permet de mettre en évidence la relation fiction-information, les particularités de la fiction et de l’information ainsi que l’identité politique, culturelle et idéologique de la chaîne.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/TF1-face-au-Tsunami-du-26-decembre.html