Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Sociologie politique d’une expérience de démocratie participative. Le cas d’une radio communautaire au Sénégal

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Yacine Diagne : Sociologie politique d’une expérience de démocratie participative. Le cas d’une radio communautaire au Sénégal

Soutenance de thèse de sociologie politique. Le lundi 19 mai 2014 à 9h30 à l’Université Paris-Dauphine (Salle D 520).

Membres du jury :
Ismaila Madior FALL, Professeur de Droit public et de Science politique, Université Cheikh Anta Diop, Dakar
Pascal GUÉNÉE, Directeur de l’Institut pratique du journalisme, Université Paris-Dauphine
Choukri HMED, Maître de conférences, Université Paris-Dauphine
Brigitte Le GRIGNOU, Professeur de Science politique, Université Paris-Dauphine (directrice)
Rémy RIEFFEL, Professeur de Sociologie à l’Institut français de presse, Université Paris 2 Panthéon-Assas (rapporteur)
Johanna SIMÉANT, Professeur de Science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteur)

Ayant pour ambition de « rendre la parole » aux populations déshéritées de la ville de Pikine, banlieue de la capitale sénégalaise, Débat local est l’émission politique interactive de la radio communautaire Air’Jeunes fondée à la fin des années quatre-vingt-dix à l’initiative des associations de jeunes de la région dakaroise avec le soutien d’une grande ONG canadienne. Cette thèse étudie les usages de cette émission par les citoyens locaux dans les trois domaines principaux où les militants et promoteurs de la démocratie participative s’attachent à développer des dispositifs d’action citoyenne visant à corriger les défauts et insuffisances du gouvernement représentatif au regard de l’idéal démocratique : la place des citoyens dans le système de production des biens publics locaux, les relations symboliques entre les élus et les électeurs et l’espace public de débat sur les politiques publiques et l’action des représentants. À partir d’une étude de terrain à caractère ethnographique menée en trois séquences de 2006 à 2011 dans les studios de la radio et sur les lieux d’écoute de l’émission, il apparaît que si l’émission a permis à des formes de contestation du pouvoir local de s’exprimer publiquement sans médiation, la réalisation du projet originel de l’émission s’est heurtée à un contexte local défavorable marqué par l’absence de moyens donnés aux élus locaux pour exercer leurs compétences récemment décentralisées et par un journalisme politique local polarisé autour de deux formes dominantes laissant peu de place au débat argumenté : le journalisme antagonique des grands groupes privés et de la petite presse du secteur informel et le journalisme légitimiste du groupe public. En dépit de leur attachement militant au projet, les responsables de la radio et les animateurs de l’émission dont les origines sociales et les formations scolaires les tenaient très éloignés des formes de consommation des biens informationnels des Pikinois ainsi que des activités des associations informelles de quartier très vivantes dans la banlieue dakaroise ont progressivement cédé aux forces d’attraction qu’exerçaient les radios privées ordinaires sur leur vision de leur avenir professionnel personnel et, corrélativement, sur leur pratique journalistique.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Sociologie-politique-d-une.html