Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et les autres… Le genre dans le discours de presse durant l’élection présidentielle de 2007

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

OLIVESI Aurélie : Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et les autres… Le genre dans le discours de presse durant l’élection présidentielle de 2007

Thèse en sciences de l’information et de la communication. Soutenance aura lieu le vendredi 2 juillet prochain, salle 315 de l’ESAV (56 rue du Taur 31000 Toulouse).
Membre du jury : Simone Bonnafous, professeure à l’Université Paris Est Créteil ; Henri Boyer, professeur à l’Université Montpellier 3 - Paul Valéry ; Marlène Coulomb-Gully, professeure à l’Université Toulouse 2 - Le Mirail (directrice de thèse) ; Pascal Marchand, professeur à l’IUT Information et Communication de l’Université Toulouse 3 - Paul Sabatier ; Jean-Claude Soulages, professeur à l’Université Lumière - Lyon 2

Cette thèse étudie le rôle joué par le genre des candidats à l’élection présidentielle de 2007 dans leur représentation médiatique. Il s’agit, à partir d’une analyse du discours de la presse nationale d’information générale (20 minutes, Aujourd’hui en France, La Croix, L’Express, Le Figaro, l’Humanité, Libération, Marianne, Le Monde, Le Nouvel Observateur, Le Point) durant la période de la campagne officielle (du 9 avril au 6 mai 2007) d’expliciter le paradoxe de la représentation du genre des candidats : alors que cette caractéristique occupe une place essentielle dans la construction de leur image, elle est largement éludée dans le compte rendu journalistique de la campagne. Notre hypothèse est que le discours journalistique, neutre d’un point de vue explicite, rejette en réalité la représentation du genre en politique à ses marges. À travers une analyse fondée sur les divers degrés d’implication énonciative du locuteur journaliste, on constate en premier lieu que l’étude des stéréotypes de genre traditionnellement employés pour désigner les femmes politiques, ne permettait pas de rendre compte de la représentation de Ségolène Royal, première candidate d’un parti de gouvernement en position d’éligibilité. En second lieu, on observe comment, dans les genres journalistiques où le discours est en apparence neutre (les portraits, les comptes rendus du débat télévisé et les éditoriaux), la dichotomie de genre demeure présente marginalement. C’est dans cette perspective que nous analysons dans une dernière partie le phénomène de délégation de parole, par lequel les journalistes placent dans les propos des « vraies gens » une caractérisation du genre où l’identité féminine est vue comme un repoussoir du pouvoir présidentiel – pouvoir qui s’incarne, au contraire, dans des caractéristiques associées à la masculinité. Par le biais de ce désengagement énonciatif, les journalistes peuvent mettre en oeuvre une représentation du genre nécessaire à la compréhension des enjeux de la campagne, tout en la rejetant dans un discours doxique présenté comme illégitime, mais néanmoins cité.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Segolene-Royal-Nicolas-Sarkozy-et.html

Autres soutenances

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10