Accueil du site > Ressources > Ouvrages de référence > Presse et plumes, journalisme et littérature au XIXe siècle

Ouvrages de référence

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

THERENTY Marie-Eve, VAILLANT Alain (dir.), Presse et plumes, journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, nouveau monde éditions, 2004.

Nous voilà en passe d’être débarrassés de l’un de ces nombreux clichés qui encombrent notre mémoire collective : quoi qu’en dise Balzac, au demeurant l’un des plus brillants journalistes de son temps, le journal – l’imprimé périodique – n’est pas la machine diabolique d’où seraient venus tous les maux de la littérature, depuis que la France est entrée, sous la monarchie de Juillet, dans l’ère du capitalisme industriel et culturel – de la « modernité », comme disent les esthètes. Cette découverte est un événement majeur pour la connaissance du XIXe siècle : l’histoire littéraire s’obstinait à célébrer le Verbe rimbaldien, le Roman, balzacien ou flaubertien, le Vers mallarméen, sans s’apercevoir que le principal laboratoire d’invention scripturale – et, en particulier, littéraire – n’était ni le Livre, ni le Manuscrit, ni le Carnet, mais le périodique, sous ses formes variées et banales.
Bien avant le règne d’Internet, c’est donc au XIXe siècle qu’éclate la première grande révolution médiatique avec la multiplication des quotidiens, des revues et des magazines et la diffusion d’une culture de presse qui irrigue tout le territoire national et toutes les couches sociales. L’invention de cette presse moderne modifie le quotidien des Français, impose de nouveaux rythmes de lecture, d’écriture, une nouvelle scansion et un nouveau rapport à la vie intellectuelle : la politique, la vie sociale, les philosophies, les sciences et les savoirs, les arts et les spectacles connaissent une profonde métamorphose dont cet ouvrage propose un large aperçu.
Quant aux écrivains, presque tous acteurs et témoins privilégiés de la presse, ils sont aussi les premiers rejetons de cette hybridation culturelle entre l’univers du périodique et l’art d’écrire : on vérifiera en effet, en revisitant les auteurs du panthéon littéraire du XIXe siècle (Stendhal, Théophile Gautier, Honoré de Balzac, Victor Hugo, Alfred de Musset, George Sand, Charles Baudelaire, Barbey d’Aurevilly, Stéphane Mallarmé, Jules Vallès, Villiers de l’Isle-Adam, Emile Zola, Marcel Schwob, Anatole France…), que cet éclairage nouveau transforme notre vision même de la Littérature.
En savoir plus : http://www.nouveau-monde.net/livre/?GCOI=84736100312710
Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Presse-et-plumes-journalisme-et.html

Mots clés