Accueil du site > Ressources > Nouveautés parutions > Juin 2010 > Peut-on penser à la télévision ? La culture sur un plateau

Nouveautés parutions

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

BRACHET Camille

Peut-on penser à la télévision ? La culture sur un plateau

Lormont, Ina / Ed. Le Bord de l’eau, 2010, 250 p., 18 euros.

À travers l’analyse d’une forme télévisuelle particulière, l’émission de plateau, ce livre vise à mettre en perspective l’expression d’une culture dominante. Il s’agit de se positionner au croisement des logiques médiatiques et des industries culturelles et d’observer, par le prisme d’une déconstruction de la structure du programme, les logiques promotionnelles à l’œuvre. Cet ouvrage démonte les mécanismes de construction de l’identité « culturelle » des objets télévisuels (livre, film, etc.) et les modes d’attribution de ce terme symboliquement fort, et d’une manière détournée, il questionne la place de la culture à la télévision. Cette analyse de la construction médiatique engage naturellement une réflexion sous-jacente sur l’émergence de la valeur, et la diffusion d’un certain type de culture.
L’objectif principal de ces émissions n’est pas vraiment de réfléchir, ni de critiquer avec recul des contenus, mais il ne repose pas uniquement sur la promotion d’un produit : ces émissions se situent dans l’entre-deux. Les rôles des potentiels passeurs culturels se mêlent à ceux des vendeurs et des bonimenteurs, dans un contexte concurrentiel fort. Ce contexte influe naturellement sur la nature des produits proposés : pour faire de l’audience, il faut focaliser sa promotion sur un certain type d’objets, vendeurs, fédérateurs. Des discours circulent sur certains produits, alors que d’autres restent dans l’oubli ; la télévision sélectionne, trie, exclut aussi, selon divers critères qui s’entremêlent, pour finalement proposer un contenu qui lui est propre, qui lui convient.
Cette circulation débridée des produits culturels dans le paysage audiovisuel provoque l’émergence d’une forme de culture issue des structures médiatiques, produite par des logiques marchandes, et façonnée par le marketing et les discours de promotion. Cette forme tant critiquée ne serait que le reflet d’un mouvement plus large touchant aux industries culturelles en général : l’étude formelle des émissions est alors replacée dans un système global, puisqu’elle s’inscrit dans une dynamique générale de fragmentation des contenus médiatiques.

En savoir plus : http://www.editionsbdl.com/peut-on-penser-a-la-television.html
Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Peut-on-penser-a-la-television-La.html