Accueil du site > Actualités > Recensions d’ouvrages > Médias - Communication > Ouvrage : Olivier Rouquan, Régulations et stratégies présidentialisées sous la Ve République (Ed. Connaissances et savoirs, 2005). Recension par Valérie Moureaud.

Recensions d’ouvrages

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Ouvrage : Olivier Rouquan, Régulations et stratégies présidentialisées sous la Ve République (Ed. Connaissances et savoirs, 2005). Recension par Valérie Moureaud.

Issu d’une thèse soutenue en décembre 2003, l’ouvrage se veut « une approche novatrice » du régime politique de la Ve République. La recherche porte plus spécifiquement sur la présidentialisation de la vie politique, c’est-à-dire l’identification des « éléments qui jouent en faveur d’une domination du jeu par des leaders » occupant ou aspirant à occuper la magistrature suprême. Les présidentiables et le président de République tendent ainsi à s’approprier des ressources qui leur permettent d’occuper une position avantageuse dans un jeu défini avant tout par la concurrence. L’idée forte de l’étude est que la « présidentialisation de l’espace politique français contemporain est variable dans le temps et réversible » sans qu’il soit pour autant possible de parler de « déprésidentialisation ». Les illustrations retenues sont majoritairement issues de la période qui s’ouvre avec la première cohabitation et plus particulièrement du premier mandat présidentiel de Jacques Chirac.

Un long livre préliminaire a pour objectif de présenter les références théoriques et la démarche méthodologique. Le principal outil utilisé est l’analyse weberienne de la légitimation du pouvoir et sa distinction entre domination traditionnelle, charismatique et légale-rationnelle. Le corps de la recherche est divisé en deux livres consacrés respectivement aux facteurs et aux relativisations de la présidentialisation. Au sein de chacun de ces livres, les dimensions institutionnelles, charismatiques et clientélistes font l’objet d’une partie. Le plan paraît ainsi quelque peu redondant.

Le mérite de la publication tient à la mise à jour des références à laquelle elle a donné lieu puisque sont prises en compte les années 2004-2005. L’ouvrage présente ainsi une synthèse actualisée de la présidentialisation. Il se distingue en outre par la volonté de toujours illustrer le propos par des exemples très précis.

Plusieurs pistes auraient cependant méritées d’être explorées plus avant. Olivier Rouquan étudie souvent sans les distinguer les présidentiables et le président en exercice : certes le présidentiable aspire à être candidat à l’élection présidentielle et à remporter celle-ci, mais il est très réducteur de placer sur un même plan les stratégies qu’il développe à cette fin et celles mises en place par celui qui occupe la fonction présidentielle. Des nombreuses données issues des sondages sont utilisées mais il n’est jamais question de montrer comment ces sondages et les médias participent au travail de construction de la présidentialisation de la vie politique. Enfin, eu égard à la compétition entre présidentiables qui semble ne faire que s’intensifier depuis 2002, il paraît plutôt contestable de parler de « relativisation de la présidentialisation » de la vie politique française. Sans doute la présidentialisation présente-t-elle aujourd’hui d’autres formes que dans les années 1960, 1970, 1980, mais la vigueur de la concurrence autour de la candidature présidentielle pour l’élection de 2007 laisse présager qu’elle est loin d’être affaiblie.

Sur le plan formel, on peut regretter un style d’abord difficile qui complexifie le propos. Le choix de faire figurer les notes en fin d’ouvrage plutôt qu’en bas de page nuit à la lisibilité, d’autant que l’auteur d’une citation est trop rarement cité dans le corps du texte. La bibliographie aurait sans doute gagné à présenter un classement plus précis.

Valérie Moureaud

Recension publiée dans Le Temps des médias, n° 7, hiver 2006-2007, p. 276-277.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Ouvrage-Olivier-Rouquan.html

Dans la même rubrique