Accueil du site > Actualités > Recensions d’ouvrages > Presse écrite - Imprimé > Ouvrage : Jean-Baptiste Legavre (dir.), La presse écrite : objets délaissés (L’Harmattan, 2004). Recension par Patrick Eveno.

Recensions d’ouvrages

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Ouvrage : Jean-Baptiste Legavre (dir.), La presse écrite : objets délaissés (L’Harmattan, 2004). Recension par Patrick Eveno.

Emanation d’un colloque tenu à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, cet ouvrage vise à éclairer des « objets délaissés » concernant la presse écrite. Il regroupe pour l’essentiel des contributions de chercheurs en sciences politiques et de sociologues, Christian Delporte apportant seul un éclairage historique. Comme toujours dans les ouvrages collectifs, les contributions sont de niveau inégal : à côté d’articles de chercheurs confirmés sont également publiés des résumés de mémoires de maîtrise ou de DEA. Cependant, ce livre se révèle fort utile. Il se développe en quatre parties, la première traite des journalistes et de leur profession, avec de remarquables éclairages comparatifs (Cyril Lemieux sur les pratiques journalistiques, Florence Le Cam et Denis Ruellan sur le processus de professionnalisation) et des apports sociologiques (Sandrine Lévêque sur les journalistes spécialisés, Yves Poirmeur sur les controverses sociologiques sur le travail journalistique).

La deuxième partie regroupe des études concrètes sur différents niveaux d’analyse : Christian Delporte sur les échanges professionnels internationaux, Olivier Baisnée sur les journalistes de l’Union européenne à Bruxelles, Marie Drouet sur les localiers et les correspondants locaux en Alsace, Mathieu Fintz sur la biographie.

La troisième partie regroupe des études de cas : la conférence de rédaction du Monde (Nicolas Hubé), le portrait de presse dans Le Monde et Libération (Jean-Baptiste Legavre), les palmarès hospitaliers (Frédéric Pierru), la presse féminine (Eric Darras).

La 4e partie, intitulée « influences ? », semble moins convaincante ; elle cherche en effet, à travers trois contributions à mesurer l’influence de la presse sur l’opinion publique (Emmanuel Pierru, effets politiques des médias, Isabelle Charpentier, la lecture de la presse quotidienne, Jacques Gerstlé, presse écrite et comportements politiques) ; mais comment pourrait-on régler la question en une soixantaine de pages ?

Au total, ce livre apporte des regards neufs et stimulants sur la presse écrite : à plusieurs reprises, les auteurs nous font entrer dans la fabrique de l’information au quotidien. Certes, l’empreinte de Pierre Bourdieu et du « champ journalistique », référence obligée qui a tendance à devenir un véritable tic d’écriture chez les sociologues, nuit parfois à la compréhension des phénomènes observés, mais dans l’ensemble, on reste au plus près de la vie quotidienne des journaux et des pratiques journalistiques observés.

Patrick Eveno

Recension publiée dans Le Temps des médias, n° 4, printemps 2005, p. 278.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Ouvrage-Jean-Baptiste-Legavre-dir.html

Dans la même rubrique