Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > "Non au gaz de schiste !" Cadrages et débordements de la controverse sur les hydrocarbures non conventionnels en France et au Québec

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Sébastien Chailleux : "Non au gaz de schiste !" Cadrages et débordements de la controverse sur les hydrocarbures non conventionnels en France et au Québec

Thèse de doctorat en science politique et en sociologie (IEP Bordeaux). Soutenance le 1er décembre 2015 à 14h, à Sciences Po Bordeaux (Salle Camus - Bâtiment Recherche)

Membres du jury :
Geneviève Cloutier, professeur d’université, Université Laval
Daniel Compagnon, professeur des universités, IEP Bordeaux (Président)
Yann Fournis, professeur d’université, Université du Québec à Rimouski (Rapporteur)
Louis Guay, professeur d’université, Université Laval (Directeur de recherche)
Patrick Hassenteufel, professeur des universités, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (Rapporteur)
Antoine Roger, professeur des universités, IEP Bordeaux (Directeur de recherche)

L’analyse de la controverse sur le gaz de schiste en France et au Québec à un niveau intermédiaire (méso) permet de souligner les processus de construction et contestation sociale et politique des différents cadrages soutenus par les réseaux d’acteurs en concurrence. Les dynamiques d’intéressement à l’intérieur et à l’extérieur de l’action publique illustrent les multiples scènes et forums dans lesquels se déploie la controverse. L’analyse de la construction de ce problème public et ses diverses redéfinitions démontre le rôle central du cadrage politique des controverses. Les solutions retenues définissent tout autant qu’elles tentent de réduire le risque relatif à cette nouvelle industrie gazière (face à un risque cadré comme technologique en France, on observe un cadrage sur l’acceptabilité sociale au Québec). Il s’agit alors d’insister particulièrement sur la dimension procédurale de problématisation des enjeux au regard du recours à la participation publique et à l’expertise scientifique. Les multiples acteurs de cette controverse sont interrogés : les participants à la mobilisation sociale mais aussi les acteurs de l’industrie et des structures politiques et administratives, afin de dresser la cartographie de leur position mais aussi de leurs discours depuis les prémices de cette nouvelle activité industrielle d’exploration du gaz de schiste (2008) jusqu’aux derniers rebondissements politiques (2015). Cette recherche s’appuie sur un corpus d’entretiens qualitatifs (40) mais aussi d’articles de presse écrite (2 400) ainsi que sur l’analyse qualitative et quantitative des divers rapports et commissions de travail sur le gaz de schiste.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Non-au-gaz-de-schiste-Cadrages-et.html