Accueil du site > Ressources > Ouvrages de référence > Les sorcières de Hollywood. Chasses aux rouges et listes noires

Ouvrages de référence

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

WIEDER Thomas, Les sorcières de Hollywood. Chasses aux rouges et listes noires, Paris, Éditions Philippe Rey, 2006.

De la fin des années 1940 au début des années 1960, une chape de plomb s’abat sur Hollywood. Pour la droite américaine, qui s’inquiète depuis l’entre-deux-guerres de la place grandissante qu’y occupent les communistes et leurs sympathisants, l’heure de la revanche a sonné. En faisant de l’anticommunisme l’alpha et l’oméga de la politique américaine, la guerre froide légitime une chasse aux sorcières qui touche peu à peu tous les secteurs dits « sensibles », de l’administration à l’enseignement en passant par le monde du spectacle. De concert avec le FBI et la Commission des activités antiaméricaines de la Chambre des représentants, les hommes forts de Hollywood mettent l’industrie cinématographique au pas. Au total, près de 300 acteurs, réalisateurs et scénaristes sont inquiétés. Les accusations – souvent calomnieuses – fusent de toutes parts, et des listes noires circulent. S’ils veulent renouer avec leur carrière, les proscrits n’ont d’autre choix que de renier haut et fort leurs engagements et, en signe d’allégeance, de donner les noms de leurs (anciens) camarades. Elia Kazan, parmi des dizaines d’autres, fait le choix de la délation. Pour ceux qui refusent de vendre leur âme au diable, la mise au ban est sans appel : dix d’entre eux vont en prison (les « Dix de Hollywood », parmi lesquels Dalton Trumbo, le futur réalisateur de Johnny s’en va-t-en guerre), et des dizaines s’exilent au Mexique ou en Europe (Joseph Losey, John Berry, Jules Dassin, etc.). Ceux qui restent aux États-Unis ont la vie dure : de nombreux scénaristes continuent de travailler, mais à des salaires de misère et dans la clandestinité (en recourant à des pseudonymes ou à des prête-noms). Quant aux acteurs et aux réalisateurs, ils doivent bien souvent changer purement et simplement de carrière. Cet ouvrage, très bien documenté, raconte cette impitoyable chasse aux sorcières, qui précède l’avènement du sénateur McCarthy (1950) et se poursuit après la mort de celui-ci (1957). Il rend compte du long combat mené par les victimes des listes noires pour réintégrer la profession, et scrute les mémoires hollywoodiennes qui, à travers films et commémorations, n’en finissent pas de revisiter ce passé entêtant.
En savoir plus : http://www.philippe-rey.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=43
Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Les-sorcieres-de-Hollywood-Chasses.html