Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Les médias face aux nouvelles révolutions de velours : pour une lecture anthropologique et communicationnelle de la révolution orange

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

DOUNAEVSKY Hélène : Les médias face aux nouvelles révolutions de velours : pour une lecture anthropologique et communicationnelle de la révolution orange

Thèse de doctorat (Université Di Corsica Pasquale Paoli). Soutenance le jeudi 1er Juillet 2010 à 17h, Salle B1-204, FFLASHS, Campus Mariani.
Membres du jury : Françoise ALBERTINI (Mcf HDR, Université de Corse) ; Mihai COMAN (Professeur, Université de Bucarest) ; Pascal LARDELLIER (Professeur, Université de Bourgogne) ; Nicolas PELISSIER (Mcf HDR, Université de Nice Sophia Antipolis) ; Dominique SALINI (Professeure, Université de Corse).

La révolution orange en Ukraine, qui se déploie sur le fond des élections présidentielles de 2004, soulève une mobilisation sans précédent à l’intérieur du pays, tout en bénéficiant d’une couverture événementielle dans les médias internationaux. L’objectif principal de la présente thèse consiste à mettre en évidence la multiplicité des facteurs qui contribuent à l’accession des faits ukrainiens au statut événementiel, aussi bien qu’à souligner l’éminente complexité de ce processus perçu comme une co-construction commune de l’événement par ces trois partenaires que sont les médias, les protagonistes et le public. C’est l’expérience communautaire de ce dernier acteur qui nous occupe dans la plus grande mesure. La communion intense qui la résume sollicite l’adoption d’une grille de lecture rituelle, ou « cérémonielle », pour l’analyse de l’évènement étudié. La révolution orange apparaît ainsi comme un exemple pertinent du genre médiatique défini comme le media event, en se confondant, en termes plus précis, avec le scenario de conquête, le type cérémoniel le plus rare et, en même temps, le plus lourd de conséquences, qui vise à redéfinir les normes. L’enjeu anthropologique de l’« histoire en direct » est de stimuler le processus de l’invention communautaire. A travers la réactivation d’aspirations oubliées, associées à l’« âge d’or » de l’histoire communautaire, la cérémonie cherche à reformuler l’expérience historique de la société et à redéfinir l’identité de ses membres. Le rôle du public consiste à être « conquis » par la perspective des changements formulée par l’acteur cérémoniel et à valider en cela les ambitions du projet. En définitive, les rituels médiatiques permettent à la communauté de retrouver ce même type d’unité qui était conféré, à l’époque pré-moderne, par le corps du roi. L’étude se fonde sur l’approche rituelle de la communication, dans le cadre de laquelle l’enjeu de l’acte communicationnel, loin de se confondre avec la transmission de l’information, réside avant tout dans la construction de mondes culturels ordonnés et remplis de sens.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Les-medias-face-aux-nouvelles.html