Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Les eurorégions : éclosion de groupes d’intérêt transfrontaliers et transnationaux en Europe. Analyse de la formation discursive multilingue et du scénario sémiotique sur le web

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Marie-Hélène Hermand : Les eurorégions : éclosion de groupes d’intérêt transfrontaliers et transnationaux en Europe. Analyse de la formation discursive multilingue et du scénario sémiotique sur le web

Thèse en sciences de l’information et de la communication (Université libre de Bruxelles). Soutenance : mai 2017.

Membres du jury :
Laura Calabrese, Professeure à l’ULB (Directrice de thèse)
Craig Baker, Professeur à l’ULB (Président)
Nadège Broustau, Professeure à l’ULB (Rapporteur)
Corinne Gobin, Maître de recherche FNRS à l’ULB
Claire Oger, Professeure à l’Université Paris-Est Créteil
Isabelle Garcin-Marrou, Professeure à Sciences Po Lyon.

L’objectif de cette recherche est de caractériser les discours qui construisent des acteurs-clés de l’univers politique européen en mouvance : les eurorégions. Ces organisations transfrontalières méconnues prolifèrent dans le paysage européen depuis le milieu des années 2000 et sont particulièrement intéressantes à étudier car elles remettent en cause l’organisation politique européenne sous la forme d’États-nations. Des discours (institutionnels, économiques, associatifs, médiatiques) produits en plusieurs langues ont été recueillis sur le web, principal vecteur de la communication eurorégionale. À l’aide d’une analyse qualitative nourrie par des résultats textométriques et adossée aux concepts éprouvés de “formation discursive” et de “scénario sémiotique”, il s’agit de relever les procédés sémiodiscursifs mobilisés pour construire le nouveau référent collectif eurorégional. On montre notamment comment, dans le contexte spécifique de l’intégration européenne, le discours eurorégional s’appuie sur l’histoire de la construction européenne et encourage la transformation des acteurs frontaliers en vue de proposer les eurorégions en “modèles” d’une nouvelle Europe. En faisant du concept de “groupe d’intérêt” la pierre angulaire de l’analyse, la thèse met progressivement au jour des procédés de reconnaissance et de visibilité qui permettent aux eurorégions de devenir des entités collectives capables d’agir dans le monde social. La recherche se démarque par l’inscription de l’analyse dans une perspective résolument interdisciplinaire : du point de vue méthodologique, la modélisation informatique du corpus numérique multilingue non parallèle permet la manipulation et le traitement quantitatif des données ; du point de vue de l’analyse, le recours à la science politique réactive le lien entretenu par la notion de dispositif avec des enjeux de pouvoir. La recherche tente ainsi d’apporter des connaissances dans le champ encore peu exploré de l’analyse du discours multilingue d’appareils politico-administratifs transnationaux en lien avec le discours institutionnel européen.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Les-euroregions-eclosion-de.html