Accueil du site > Actualités > A la Une > > Les CONF’apéro en sciences du langage, ENS LSH, mardi 1er décembre 2009, 17h-19h.

A la Une

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Les CONF’apéro en sciences du langage, ENS LSH, mardi 1er décembre 2009, 17h-19h.

Patrick Charaudeau : "Du discours politique au discours populiste. Un nouveau défi pour la démocratie".
Une première difficulté se présente lorsqu’on veut définir le « populisme ». En effet, on ne peut que constater la diversité d’emploi de ce terme. On remarquera d’abord que dans usage courant, il finit par perdre de sa spécificité. En effet, il est souvent employé comme équivalent de démagogique, de poujadiste, parfois de raciste, parfois même de fasciste. Lorsque les sujets parlant sont des acteurs politiques, on remarque que le terme de populisme est employé aussi bien par la droite que par la gauche pour stigmatiser le parti adverse ou pour se défendre de la stigmatisation adverse. La plupart du temps, pour la droite, la gauche est populiste en ce qu’elle manipule les classes ouvrières et populaires ; pour la gauche, la droite est populiste parce qu’elle manipule les classes moyennes et populaires (peu politisées) par des discours qui cherchent à toucher l’émotion la plus primitive (la peur). Autrement dit, dans un cas comme dans l’autre, le populiste, c’est l’autre, qui pour s’exprimer emploierait une rhétorique simpliste.
Enfin, pour ajouter à la diversité d’emplois et de sens de ce mot, certaines personnalités politiques vont jusqu’à revendiquer la qualification de populiste en lui donnant un sens positif : « Si être populiste, c’est reconnaître au peuple la faculté d’opinion, le droit de l’exprimer et l’écouter, alors, oui, car du même coup, c’est être démocrate » (J.M. Le Pen). Dans cette intervention, on se propose d’aborder la question du populisme par le discours, en cadrant le discours populiste dans les caractéristiques générales du discours politique, puis en en décrivant les spécificités qui montrent le problème nouveau qui se pose aux démocraties modernes.
La conférence d’une heure sera suivie d’un débat et d’un moment d’échange convivial et gourmand. Ces conférences sont ouvertes à tous, sans pré-requis particulier.
Organisation : Emmanuelle Prak-Derrington, Clifford Armion, Jean-Philippe Magué
Contact : confapero@ens-lsh.fr
Lieu : ENS LSH, 17h-19h, F08
Pour plus d’informations sur les conf’apéros, allez sur :
http://cle.ens-lsh.fr/31350188/0/fiche___pagelibre/

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Les-CONF-apero-en-sciences-du.html