Accueil du site > Ressources > Nouveautés parutions > Mars 2011 > Le cinéma de Guy Debord ou la négativité à l’œuvre (1952-1994)

Nouveautés parutions

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

DANESI Fabien

Le cinéma de Guy Debord ou la négativité à l’œuvre (1952-1994)

Paris, Paris Expérimental, 2011, 240 p., 25 euros.

Entre 1952 et 1978, Guy Debord réalise six œuvres cinématographiques. En 1994, peu avant sa mort, il y ajoute un film de télévision. Dans sa critique de la société du spectacle, dont il démontre qu’elle réduit la vie à une représentation, Guy Debord fait pleinement usage de l’image. Avec la pratique du détournement, le cinéaste révolutionnaire remet en cause le conditionnement social propre au capitalisme et évoque son itinéraire sur un mode à la fois héroïque et intime. En prenant pour fil d’Ariane le cinéma de Guy Debord, ce livre retrace le combat du réalisateur dans le labyrinthe de l’Histoire de la seconde moitié du XXe siècle. Il étudie sa poétique, indissociable d’un refus politique de tout compromis. Son œuvre s’appuie sur le principe de la négativité, qui s’inscrit au cœur d’une contradiction dialectique : produire un art tout en insistant sur son impossibilité. Au fur et à mesure de l’abandon de l’horizon révolutionnaire, Debord transforme cette négativité en « mal », seul moyen d’échapper à l’idéologie bourgeoise du bonheur. Cet ouvrage retrace le parcours singulier d’un créateur, dans et contre la culture contemporaine.

En savoir plus : http://www.paris-experimental.asso.fr/index.php?option=content&task=view&id=167&Itemid=
Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Le-cinema-de-Guy-Debord-ou-la.html