Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > La sériephilie en France. Processus de reconnaissance culturelle des séries et médiatisation des discours spécialisés depuis la fin des années 1980

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Anne-Sophie Béliard : La sériephilie en France. Processus de reconnaissance culturelle des séries et médiatisation des discours spécialisés depuis la fin des années 1980

Thèse de sociologie (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3). Soutenance le mercredi 10 décembre 2014 à 14h, à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, en salle Las Vergnas (3ème étage), au 13 rue de Santeuil, 75005 Paris (Métro Censier Daubenton).

Membres du jury :
Hervé Glévarec, Directeur de recherches CNRS (Rapporteur)
Gérôme Guibert, Maitre de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Éric Maigret, Professeur à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (Directeur de la thèse)
Dominique Pasquier, Directrice de recherches CNRS
Gabriel Segré, Maitre de Conférences, HDR à l’université Paris Ouest – Nanterre la Défense (Rapporteur)

Cette thèse de sociologie des médias porte sur le développement d’un mouvement "sériephile" qui vise la reconnaissance culturelle des séries télévisées en France, depuis la fin des années 1980 jusqu’au début des années 2010. Elle s’appuie sur des entretiens semi-directifs et sur l’analyse des principaux supports médiatiques de promotion des séries. L’étude croisée des carrières des acteurs qui ont initié des actions de valorisation des séries (journalistes, critiques, amateurs) et de leurs discours permet de retracer la trajectoire du mouvement de défense du genre "série". Celui-ci s’organise autour de trois moments qui identifient trois générations. A la fin des années 1980, dans un contexte de mépris de la télévision, des amateurs de séries qui constituent la première génération entament des carrières de défenseurs qu’ils poursuivent dans les années 1990. On assiste alors à une répartition progressive des sériephiles entre un pôle professionnel et un pôle amateur qui se cristallise autour de l’émergence d’un domaine de presse spécialisé. Une deuxième génération émerge au cours de cette décennie, au travers notamment de collaborations avec la précédente et de nouvelles formes d’actions, qui défend les séries télévisées en lien avec l’idée de culture populaire. La montée, dans les années 2000, des commentaires « profanes » sur les séries et le déclin de la presse spécialisée caractérise le contexte dans lequel émerge une troisième génération. Ce moment voit une inversion des logiques d’engagement envers les séries et le déplacement des hiérarchies culturelles non plus entre séries et cinéma mais au sein des séries elles-mêmes.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/La-seriephilie-en-France-Processus.html