Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > La librairie et le crédit. Réseaux et métiers du livre àParis (1830-1870)

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

REBOLLEDO-DHUIN Viera : La librairie et le crédit. Réseaux et métiers du livre àParis (1830-1870)

Thèse d’histoire contemporaine soutenue le samedi 3 décembre 2011 aux Archives de Paris, 18 boulevard Serrurier, àParis 19ème.

Membres du jury :
Frédéric BARBIER, Directeur d’Etudes, àl’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris – Rapporteur
Michel LESCURE, Professeur des Universités, àl’Université de Paris Ouest Nanterre, la Défense – Rapporteur
Jean-Yves MOLLIER, Professeur des Universités, àl’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
Christophe CHARLE, Professeur des Universités, àl’Université de Paris 1 Sorbonne, Paris – Examinateur
Laurence FONTAINE, Directrice de Recherches, au Centre National de la Recherche Scientifique – Examinatrice
Christine HAYNES, Professeur Associée, àl’Université de Caroline du Nord, Charlotte, Etats-Unis – Examinatrice

L’étude des libraires parisiens, à partir des faillites, permet de mettre en évidence leurs réseaux de financement. En empruntant les méthodes caractéristiques de la démographie des entreprises, de la prosopographie ou encore de l’analyse de réseaux, nous montrons que les mutations de la production du livre s’accompagnent d’une diffusion des boutiques au sein de l’espace parisien et de l’ouverture de crédit auprès des banques. Si l’endogamie professionnelle diminue parallèlement au financement interne, l’escompte commercial entre professionnels qui domine jusqu’au milieu du XIXe siècle, tend, à partir de cette date, à être récupéré par les banques locales, dont l’activité reste néanmoins complémentaire de celle des institutions publiques, centralisées ou non. Le succès de ces banquiers repose sur le fait qu’eux-mêmes sont issus du secteur du livre, où ils ont acquis une position sociale certaine avant d’ambitionner intégrer, en se spécialisant dans la finance, les premiers rangs de la sphère politico-économique nationale.
L’analyse des faillites de libraires et de leurs réseaux de crédit souligne finalement l’évolution d’une économie relativement localisée, au sein de laquelle l’organisation productive pèse financièrement sur les fournisseurs, mais cette « chaîne du livre » n’est pas la seule en jeu dans la hiérarchie professionnelle. L’ampleur et la diversité de l’espace social des libraires paraissent essentielles dans la détermination de leur position relative au sein de la communauté de métier et de la société. Cette étude participe indirectement à l’histoire de la banque locale.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/La-librairie-et-le-credit-Reseaux.html