Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > La composition médiatique des populismes. Une comparaison France-Japon

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Xavier Mellet : La composition médiatique des populismes. Une comparaison France-Japon

Thèse de doctorat en science politique (SciencesPo Paris-CERI). Soutenance le lundi 5 décembre prochain à 14h, au 254 boulevard Saint-Germain en salle de réunion du LIEPP.

Membres du jury :
Dominique BOULLIER, professeur des Universités, IEP de Paris
Anne-Guibourg DELAMOTTE, maître de conférences, INALCO
Christophe JAFFRELOT, directeur de recherche, CNRS-CERI
Nonna MAYER, directeur de recherche émérite, CNRS-CEESP
Cécile MEADEL, professeur des universités, Université Panthéon-Assas – IFP
Tōru YOSHIDA, Associate Professor, Hokkaidō University

Cette thèse propose une réflexion sur le concept de populisme aujourd’hui, à partir d’une comparaison entre des cas français et japonais. Elle se focalise sur des périodes de campagne électorale et l’étude d’éléments présents dans les comptes rendus de presse écrite. Son raisonnement est structuré en deux parties. La première présente le concept de populisme et ses problèmes actuels, puis propose une réflexion d’ordre méthodologique, centrée sur la volonté de ne pas séparer les populistes des démocrates, et de considérer le populisme comme intrinsèque au politique. Dans le lignage de la théorie de la « raison populiste » d’Ernesto Laclau, cette partie définit une théorie du populisme comme composition médiatique : il y a du populisme quand s’opère avec succès une composition autour d’un élément dont on perçoit la trace médiatique. La seconde partie s’attache à étudier ce phénomène à travers une comparaison France-Japon. Elle définit les caractéristiques principales des compositions telles qu’elles se réalisent dans les deux pays, s’agissant à la fois de la composition de l’incarnation (comment l’on devient chef) et de celle du projet politique (comment l’on devient un enjeu central), au sein des élections législatives japonaises de 2005 et 2009, et de l’élection présidentielle française de 2007. Elle rend compte des spécificités de l’émergence de dynamiques populistes dans les deux pays, qui consiste en l’expansion d’un élément au sein d’une campagne, peu importe sa nature (proposition, personnage, ennemi…). Une attention particulière a été accordée à François Bayrou, Ségolène Royal (2007) et Koizumi Junichirō (2005) ; ainsi qu’à la privatisation de la poste (2005), le changement de gouvernement (2009), et mai 68 (2007). La conclusion de ce travail propose une théorie du populisme comme émergence et des pistes méthodologiques futures centrées sur la notion de « monade ».

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/La-composition-mediatique-des.html