Accueil du site > Ressources > Ouvrages de référence > L’information dans la France du XVIIe siècle. La Gazette de Renaudot de 1647 à 1663

Ouvrages de référence

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

HAFFEMAYER Stéphane, L’information dans la France du XVIIe siècle. La Gazette de Renaudot de 1647 à 1663, Paris, Honoré Champion, 2002.

Soupçonnée de manipulation involontaire ou de lacune délibérée, l’information périodique sous l’Ancien régime a mauvaise presse pour l’historien des temps modernes, en particulier français. Source volumineuse et complexe dont la naissance participe d’une « révolution culturelle » essentielle sous ses auspices propagandistes, elle a suscité néanmoins d’importants travaux et c’est dans la lignée des recherches de Gilles Feyel que se place l’ouvrage capital de Stéphane Haffe- mayer centré sur le plus célèbre de ces « journaux », la Gazette de Renaudot, de la veille de la Fronde aux lendemains de la prise du pouvoir personnel de Louis XIV.
La première partie est consacrée à l’exposition de l’espace et du temps des nouvelles durant la période envisagée, aboutissant à une très précise cartographie spatiale et chronologique du volume informationnel des fascicules qui constituent le périodique. Stéphane Haffemayer y dévoile les structures et les réseaux de la correspondance, les flux principaux, les sources marginales, la circulation et les différents rythmes de cette information au terme d’une étude descriptive, systématique et sérielle, qui permet de prendre la mesure du poids traditionnel de l’Italie dans cette Europe de l’information, mais aussi de souligner la forte présence de l’Angleterre et les échos de terres lointaines dont l’actualité teintée d’exotisme recouvre des préoccupations religieuses et stratégiques plus pragmatiques. Au final, ce travail souligne la prépondérance sur les 779 sources de l’information d’une vingtaine de capitales qui tendent à monopoliser les foyers de nouvelles et qui, par là même, participent à un certain contrôle de l’information.
Les deux parties suivantes sont construites sur une approche désormais thématique de ces 22 202 pages et l’auteur s’attache à montrer comment la Gazette ne peut être réduite à la seule voix du Prince ou de son État. Sans être le journal officiel de la monarchie française, ce périodique ne se fait pas moins le défenseur de sa politique, fustigeant ici les insolences de ses ennemis et louant là les faits du roi. Prise cependant dans des exigences de crédibilité sans lesquelles elle disparaîtrait, la Gazette se doit d’observer une certaine objectivité qui, si elle s’autorise ponctuellement certains écarts rédactionnels (une simplification abusive par exemple), est le plus généralement suivie. Surtout elle témoigne d’un effort de compréhension rationnelle des décisions politiques et des faits relatés, élément d’une modernité critique qui récuse la crédulité naïve et la simple adhésion simple aux apparences. Cette modernité doit cependant être nuancée devant les récits de prodiges, héritage des « canards », qu’elle rapporte régulièrement sans plus de réserve, et dans sa lecture dynastique du monde, « journal des rois et des puissances de la terre ». C’est bien cette ambiguïté et cet équilibre tendu qui caractérisent ce périodique jusqu’à ce que la mort de son fondateur ne laisse la place à des dirigeants plus inféodés au pouvoir royal comme Robinet de Saint- Jean, entraînant par là le discrédit progressif de cet organe de presse et le conduisant, comme l’écrit Lucien Bély dans la préface, « à perdre la bataille de l’information face aux périodiques en langue française imprimés dans les Provinces-Unies ».
Abondamment illustrée d’exemples précis et d’extraits de la Gazette restitués avec toute leur saveur initiale, cette étude s’appuie sur un remarquable travail statistique comme en témoignent la dizaine de tableaux, la trentaine de graphiques et la vingtaine de cartes qui apportent à la lecture des informations complémentaires bienvenues. Au final, ce livre constitue un captivant outil d’analyse de cette presse des origines comme il en éclaire sa lecture politique et diplomatique du monde.

Recension de Lignereux Yann
Histoire, économie et société, 2004, vol. 23, n° 1, pp. 150-151.

URL : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2004_num_23_1_2410_t1_0150_0000_2#


En savoir plus : http://www.honorechampion.com/cgi/run?wwfrset+3+633028601+1+2+cccdegts1+23064213
Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/L-information-dans-la-France-du.html