Accueil du site > Le Temps des Médias > 14 - Fiction > L’affaire Troppmann et la tentation de la fiction

14 - Fiction

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Anne-Claude Ambroise-Rendu

L’affaire Troppmann et la tentation de la fiction

Le Temps des médias n°14, Printemps 2010, p. 47-61.

En 1869 l’affaire Troppmann ne signe pas seulement pour le Petit Journal le début d’un des plus gros succès commerciaux de l’histoire de la presse, il lui offre aussi une occasion exceptionnelle de se livrer àune fictionnalisation de l’événement. C’est sous la plume de Thomas Grimm, le chroniqueur collectif du quotidien, que cette mise en fiction se fait qui, sous les auspices explicites de Victor Hugo, mêle les éléments des rêves les plus fantaisistes, les visions quasi magiques, aux composantes d’une écriture informative et « vraie  ». Cette expérience, qui vise àl’évidence àcolmater la brèche événementielle ouverte par le long délai qui sépare l’issue du procès de l’exécution du condamné àmort mais a aussi une vocation pédagogique et morale, est pourtant quasiment sans lendemain. Dès les années 1880, le Petit Journal adopte une écriture strictement informative. englishflag

>> Acheter cet article sur CAIRN

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/L-affaire-Troppmann-et-la,2294.html

Sommaire du numéro