Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > L’Ecriture de l’histoire dans les biographies didactiques de Roberto Rossellini

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

RENAUT Aurore : L’Ecriture de l’histoire dans les biographies didactiques de Roberto Rossellini

Thèse en Etudes cinématographiques (Université de Provence). Soutenance le 11 décembre 2010 à 14 heures (salle : B150, 1°étage (Site Schuman - AIX EN PROVENCE).
Membres du jury : Michèle LAGNY, Professeur émérite, Université de Paris III ; Isabelle VEYRAT-MASSON, Directrice de recherches, CNRS/Université de Paris IV ; Angel QUINTANA MORRAJA, Professeur, Université de Gerone (Espagne) ; Maryline CRIVELLO, Professeur, Université de Provence ; Jean-Luc LIOULT, Professeur, Université de Provence.

Au tournant des années 1960, Roberto Rossellini abandonne le cinéma et entreprend une série de films didactiques pour la télévision qui le passionnera jusqu’à sa mort, en 1977. Si ce projet pédagogique convient parfaitement aux canons des télévisions européennes de l’époque, les films télévisuels de Rossellini ne ressembleront pourtant à aucun autre, le cinéaste ayant mis au point, avec ce nouveau médium, une nouvelle écriture, à partir de quelques paramètres de création repris et expérimentés de film en film, une écriture dans la continuité de son oeuvre cinématographique antérieure, mais aussi absolument originale et insolite. La plupart des films de télévision de Rossellini sont des oeuvres historiques, principalement des portraits d’hommes ayant eu un impact majeur sur leur époque et jusqu’à la nôtre : des politiques (Louis XIV et Cosme de Médicis), des religieux (les apôtres, Saint Augustin, Jésus), des penseurs (Socrate, Pascal, Alberti et Descartes).
Pour écrire ces « biographies didactiques », Rossellini et ses scénaristes se sont servis de sources directes, les écrits des biographés eux-mêmes quand ils en ont laissés, mais aussi les récits de leurs proches : disciple, ami ou membre de la famille. Des témoins dont le cinéaste était certain qu’ils lui donneraient des informations concrètes aussi bien pour la chronologie que pour les détails matériels de la vie du personnage ou de la vie quotidienne de son époque, des témoins qui garantissent en quelque sorte l’authenticité par leur proximité. Mais cette proximité empathique confère à ces portraits des colorations parfois hagiographiques bien que Rossellini ne se contente jamais d’être un simple adaptateur, affirmant souvent sa propre interprétation et allant jusqu’à se glisser, en bon biographe, derrière certains traits de caractères de ses personnages.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/L-Ecriture-de-l-histoire-dans-les.html