Accueil du site > Actualités > A la Une > > Journée d’étude "La France en guerre dans le second XXe siècle", Paris, 19 octobre 2018

A la Une

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Journée d’étude "La France en guerre dans le second XXe siècle", Paris, 19 octobre 2018

En 2017, à respectivement 70 ans de la Seconde Guerre mondiale et 50 ans de la guerre d’indépendance algérienne, on peut être surpris par l’effervescence mémorielle qui,en ce début du XXIe siècle,rendprésents, de façon inégale selon les conflits – trop de mémoire ici, pas assez là–, ces événements. L’héritage de ces passés, loin de concerner seulement l’histoire militaire, témoigne de l’évolution du regard à la fois historiographique et sociétal sur ces conflits, appréhendés par ailleurs de façon de plus en plus différentielle selonles générations impliquées.

Le 18 juin 1960, le général de Gaulle inaugure le Mémorial de la France combattante au mont Valérien, le 25 janvier 2005 le Mémorial de la Shoah est inauguré à Paris par le président Jacques Chirac tandis que le 16 octobre 2015, le premier ministre Manuel Valls inaugure le Mémorial du camp de Rivesaltes. Entre ces dates, la perception et la mémorialisation de la Seconde Guerre mondialeconnaissent une évolution marquante : à la célébration de la mémoire de la résistance succède celle de la mémoire de la déportation au prisme d’un « devoir de mémoire » centré sur l’extermination des Juifs d’Europe tandis que, plus récemment, la crise des mémoires nationales héroïques génère une mémoire plurielle du second conflit mondial. De son côté, la guerre d’indépendance algérienne, qui fut longtemps une « non guerre », reste encore à la marge des politiques mémorielles qui tardent à lui assurer un régime de commémoration.Contrairement aux mémoires plurielles mais désormais consensuelles des conflits mondiaux, cette mémoire encore fortement conflictuelle illustre la difficulté qu’a la société française, dans un contexte postcolonial, à accepter la pluralité des expériences guerrières.

Dans cette configuration, le colloque invite à interroger les représentations – symboliques, politiques, architecturales, artistiques… - que ces différents conflits passés nourrissent depuis le début du XXIe siècle et à mettre en évidence des dynamiques mémorielles qui investissent l’espace public.
Iinformations pratiques

Inscription obligatoire : memoirescontemporaines@gmail.com
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Centre Panthéon, salle 1), 12 place du Panthéon, 75005 Paris
Accès métro : ligne 10 (arrêt Cluny La Sorbonne) ; ligne 4 (arrêt Saint-Michel ou Odéon) Accès RER : ligne B (arrêt Luxembourg) ; RER C (arrêt Saint-Michel)
Programme

9h00 – 9h15 Accueil

9h15 – 9h30 Ouverture

Anne Bernou
Andrea Brazzoduro
Fabien Théofilakis
9h30 – 10h00 La mémoire des guerres du second XXe siècle (France) : État des lieux, Henry Rousso (Institut d’histoire du temps présent, CNRS)

10h00 – 12h00 Mémoriaux de guerre comme lieux de mémoire

Panel 1
Anne Bonamy (Mémorial de l’internement et de la déportation. Camp de Royalieu)
Antoine Grande (Hauts Lieux de la mémoire nationale d’Île-de-France)
Rudy Ricciotti (architecte, concepteur et réalisateur du mémorial de Rivesaltes)
Panel 2

Jean-Noël Grandhomme (Université de Lorraine à Nancy), Le Mémorial de l’Alsace-Moselle et le “Mur des Noms” ou de la difficulté à créer une mémoire “consensuelle”
Marc André (GRHIS, Université de Rouen), Quand les mémoires de la Guerre mondiale servent les mémoires algériennes : le cas de la patrimonialisation du Mémorial Montluc (2009-2017)
Hayes Oonagh (GESIS, Leibniz Institute for the Social Sciences, Cologne ; Université de Tübingen), "Vous, soldats originaires d’autres continents" Inclusion et exclusion dans la mémoire de la guerre d’Algérie. Etude de cas d’un monument départemental

12h00 – 13h30 Déjeuner pour les intervenants

13h30 – 15h30 Mémoire des guerres et productions plastiques contemporaines (2000-2017)

Panel 3

Tania Mouraud (artiste plasticienne)
Jean-Marc Cerino (artiste plasticien, École des Beaux-Arts, enseignement artistique, Nîmes)
Jérôme Zonder (artiste plasticien)

Panel 4

Petra Bopp (BildEvidenz, Freie Universität Berlin), Parler – Ecouter. Voir – ne pas Voir. Les œuvres d’art d’Esther Shalev-Gerz après l’an 2000 en France
Émilie Goudal (Gerda Henkel Stiftung, LabexMed, Centre Norbert Elias, CNRS – EHESS), De la violence de l’Histoire. Cinquantenaires et représentations artistiques de la guerre d’indépendance algérienne
Sylvie Coellier (Université d’Aix-en-Provence), Violence. Réflexions sur la guerre à travers l’œuvre d’Adel Abdessemed

15h30 – 16h00 Pause

16h00 – 18h00 Guerres d’hier, inaugurations d’aujourd’hui
Panel 5

Michel Lefebvre (journaliste, Le Monde)
Damien Baldin (Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale)
Xavier Jacquey (4acg, Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre)

Panel 6

Sébastien Ledoux (CHS, Université Paris 1), Devoir de mémoire ou travail de mémoire ? Du choix des formules dans les discours politiques
Julie Le Gac (Université Paris Nanterre), Claire Miot (Service historique de la Défense), "A la jeunesse d’Afrique” la patrie reconnaissante ? Commémorer les soldats colonisés d’Italie et de Provence en 2014

18h00 – 18h30 Discussion générale

18h30 – 19h00 Conclusions, Annette Becker (Université Paris Nanterre)

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Journee-d-etude-La-France-en.html