Accueil du site > Actualités > A la Une > > Journée d’étude Culturhisto 2010 "Economie et Culture", Université de Versailles St-Quentin, 5 mai 2010.

A la Une

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Journée d’étude Culturhisto 2010 "Economie et Culture", Université de Versailles St-Quentin, 5 mai 2010.

CULTURHISTO 2010, la journée d’étude des doctorants du CHCSC "Économie et Culture (XIXe-XXe siècles)"
Cette journée d’étude vise à donner aux doctorants l’occasion d’étudier les liens tissés entre économie et culture, ceux-ci nous éclairant sur l’insertion du capitalisme dans l’histoire économique et sociale des industries culturelles. Ces dernières connaissent depuis la fin des années quatre-vingt d’importantes mutations. Elles sont aussi au cœur de débats qui mettent en cause la définition même de leurs produits (dérogent-ils, par nature, au principe du libre échange, sont-ils réductibles à leur seule dimension marchande… ?). A l’heure des débats autour d’Hadopi, alors que de nouveaux usages remettent en cause les modèles juridiques et économiques anciens, il semble pertinent de remettre en perspective les conditions de production des biens culturels.

EN PRÉSENCE DE FRÉDÉRIC MARTEL, qui présentera son dernier ouvrage : Mainstream. Enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde, Flammarion, 2010
Comment fabrique-t-on un best-seller, un hit ou un blockbuster ? Pourquoi le pop-corn et le Coca-Cola jouent-ils un rôle majeur dans l’industrie du cinéma ? Après avoir échoué en Chine, Disney et Murdoch réussiront-ils à exporter leur production en Inde ? Comment Bollywood séduit-il les Africains et les telenovelas brésiliennes, les Russes ?
Pour répondre à ces questions, Frédéric Martel a mené une longue enquête de Hollywood à Bollywood, du quartier général d’Al Jazeera au Qatar jusqu’au siège du géant Televisa au Mexique. Ce qu’il nous rapporte est à la fois inédit, fascinant et inquiétant : la nouvelle guerre mondiale pour les contenus a commencé. Au cœur de cette guerre : la culture « mainstream ». De nouveaux pays émergent avec leurs médias et leur divertissement de masse. Internet décuple leur puissance. Tout s’accélère. En Inde, au Brésil, au Arabie saoudite, on se bat pour dominer le Web et pour gagner la bataille du « soft power ». Mainstream raconte cette guerre globale des médias et de la culture.
Frédéric Martel est écrivain et journaliste. Docteur en sociologie, il a été attaché culturel aux Etats-Unis (2001-2005). Il est l’auteur de cinq livres dont Le Rose et le Noir, Les Homosexuels en France depuis 1968 (Le Seuil, 1996). Depuis octobre 2007, il dirige la rédaction du site nonfiction.fr et est chercheur associé à l’Institut National de l’Audiovisuel (INA). Il anime chaque dimanche de 19h à 20h sur France Culture l’émission Masse Critique, le magazine des industries créatives et des médias. Il enseigne à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (Sciences-Po) et au MBA d’HEC.

Anaïs ALBERT, doctorante en histoire, Université de Paris 1, ENS-LSH : Les classes populaires parisiennes face aux nouveaux divertissements commerciaux (des années 1880 aux années 1930)

Audrey ORILLARD, doctorante en histoire, Université de Paris 1 : Éléments pour une histoire économique du Scopitone

Lerice de CASTRO GARZONI, doctorante en histoire, UNICAMP (Universidade Estadual de Campinas – SP), Brésil : La presse autant qu’entreprise : une comparaison entre Le Matin (Paris, 1883) et Correio da Manhã (Rio de Janeiro, 1901).

Pandji Kawe Guy ROSTAND, doctorant Histoire, Université de Ngaoundéré, Cameroun : « Le cinéma au détail : Analyse de l’influence culturelle sur le marketing, la production et le succès des vidéoclubs au Cameroun depuis 1990 »

Frédéric ROLLAND, docteur en cinéma, Université de Versailles-Saint-Quentin : Quelles limites à la marchandisation des archives filmiques ?

Sylvain LESAGE, doctorant en histoire, Université de Versailles-Saint-Quentin : L’édition de bande dessinée : un marché atypique (1950-1990)

Géraldine POELS, doctorante en histoire, Université de Versailles-Saint-Quentin : A l’origine de la « dictature de l’audimat » : la montée des impératifs économiques à la télévision française de service public, des années cinquante aux années quatre-vingt

Mercredi 5 mai 2010,
de 14h à 18h
UVSQ, bâtiment Vauban, 47 boulevard Vauban à Guyancourt, salle 414

La journée sera suivie d’un pot.

Lieu
Bâtiment Vauban
UFR des Sciences Sociales et des Humanités
47 boulevard Vauban 78280 Guyancourt (Saint-Quentin-en-Yvelines)

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Journee-d-etude-Culturhisto-2010.html