Accueil du site > Actualités > A la Une > > Festival Les médiatiques , 22-28 février 2016, Orléans

A la Une

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Festival Les médiatiques , 22-28 février 2016, Orléans

Les Afriques médiatiques, entre mythes, fantasmes et réalités.

Les relations entre les journalistes et l’Afrique ont longtemps été perçues sous l’angle de la dénonciation. Intellectuels, ONG, militants dénoncent le faible intérêt des journalistes occidentaux pour l’actualité du continent, les regards homogènes et réducteurs portés sur des populations jugées lointaines, exotiques voire hostiles ou la persistance durable de discours colonialistes / néo-colonialistes.

Cette relation est aussi souvent envisagée sur le mode de l’échec. Echec des médias africains et occidentaux à alerter sur certaines grandes catastrophes qui ont touché le continent comme le génocide des Tutsi, les guerres du Congo ou les crimes commis au Darfour. Echec également du développement d’une presse libre et indépendante dans de nombreux pays africains depuis le tournant vers les transitions démocratiques des années 1990. Echec enfin des médias à oeuvrer en faveur de processus de réconciliation et de retour à la paix en situation post-conflictuelle (Kivu ; Côte d’Ivoire ; Soudan…).

Pourtant, depuis quelques années, rédactions panafricaines, médias indépendants et chaînes internationales centrées sur l’actualité du continent (Afrik.com ; Panapress ; Africa 24…) connaissent un essor et une visibilité croissante, la presse française multiplie les « unes » exposant d’autres visages de l’Afrique (« Afrique 3.0 » du Courrier international ; « L’Afrique qui bouge » d’Alternatives internationales ; « Afrique, le grand réveil » du Point…), tandis que les grandes rédactions nationales profitent du web pour développer de nouvelles propositions éditoriales (Le Monde Afrique ; Le Point Afrique ; Slate Afrique …).

Dès lors, à l’aune de ces mutations, la relation entre les journalistes et l’Afrique se doit d’être revisitée afin d’approcher la complexité des liens qui unissent les médias français, européens et africains aux Afriques contemporaines.

Il s’agit d’abord de questionner la pertinence de ces discours. Peut-on considérer que les journalistes français et occidentaux approchent l’Afrique selon des modalités qui seraient spécifiques à ce continent ? Existe-t-il une singularité des discours et récits produits par ces journalistes lorsqu’il s’agit de traiter de l’actualité au Sud de la Méditerranée ? Quels effets ces discours et récits sont-ils susceptibles d’avoir dans des contextes particuliers de troubles politiques, de guerre ou de catastrophes naturelles ?

C’est également l’histoire du journalisme en Afrique qui mérite d’être interrogée. Comment la presse s’est-elle développée durant la période coloniale ? Quelles sont les modalités de l’essor de la radio et de la télévision durant la période qui a suivi les indépendances et quel fut le rôle des médias depuis la fin de la Guerre froide ? Que signifie être journaliste aujourd’hui en Afrique que l’on soit journaliste africain d’un journal d’opposition, proche du pouvoir ou correspondant pour une rédaction occidentale ?

Enfin, si l’Afrique des catastrophes a depuis longtemps tendance à focaliser les regards des journalistes étrangers, cinéastes, documentaristes et reporters ont su questionner, documenter et révéler la richesse et la pluralité du continent ainsi que les réussites et échecs des acteurs qui le font se mouvoir dans un monde où il est désormais perçu comme un continent émergent.

Visiter le site du Festival : http://www.lesmediatiques.fr

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Festival-Les-mediatiques-22-28.html