Accueil du site > Le Temps des Médias > 26 - Afrique(s), entre histoire et mémoire(s) > Etre révolte et révolution : enjeux de médiatisation autour des Rustauds (1525), Rochelois (1542) et Pitaux (1548)

26 - Afrique(s), entre histoire et mémoire(s)

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Stéphane Haffemayer

Etre révolte et révolution : enjeux de médiatisation autour des Rustauds (1525), Rochelois (1542) et Pitaux (1548)

Le Temps des médias n° 26, Printemps 2016, p. 231-251.

>> Acheter cet article sur CAIRN

Avec la révolution de la communication qui accompagna celle de l’imprimerie1, l’imprimé s’empara des faits de révolte pour les insérer dans le déroulement de l’histoire, et la logique de la médiation s’accompagna d’une économie de l’information en rapport avec le développement de la sphère éditoriale. Cette médiatisation des révoltes se produisit au sein d’un espace public perçu et imaginé, qui faisait partie intégrante de l’imaginaire politique. A travers leur mise en récit et leur diffusion éditoriale, le déroulement des révoltes suggère des comportements d’adhésion ou d’opposition qui révèlent in fine une pédagogie du consensus ; réagissant à la brisure des communautés, l’écriture de l’événement définit le désordre et se clôt sur le retour à la paix publique.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Etre-revolte-et-revolution-enjeux.html

Sommaire du numéro