Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Diffuser les collections photographiques sur le Web : de nouvelles pratiques de médiation ? Étude des formes et stratégies de communication du patrimoine photographique en ligne

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

CASEMAJOR Nathalie : Diffuser les collections photographiques sur le Web : de nouvelles pratiques de médiation ? Étude des formes et stratégies de communication du patrimoine photographique en ligne

Thèse en cotutelle Université de Lille 3 - Université du Québec à Montréal). Soutenance le mardi 8 décembre 2009 à 14h30 en salle 008 de la Maison de la recherche à l’Université de Lille 3.
Composition du jury : Jean Davallon (Université d’Avignon) Aude Dufresne (Université de Montréal), Élisabeth Fichez (Université de Lille 3), Michèle Gellereau, (Université de Lille 3 - directrice), Éric George (Université du Québec à Montréal), Gaëtan Tremblay (Université du Québec à Montréal - directeur).

Le développement de l’Internet et des techniques de numérisation ont offert aux institutions patrimoniales un nouvel outil pour diffuser leurs collections. Médium visuel bien connu et apprécié du public, la photographie semble particulièrement adaptée à la présentation sur le Web. Nous proposons dans cette thèse une analyse des formes et des stratégies de médiation en ligne des fonds photographiques de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine et de Bibliothèque et Archives Canada. L’enquête que nous avons menée visait à répondre à la question suivante : l’arrivée du Web se traduit-elle par de nouveaux modes de valorisation des fonds photographiques patrimoniaux ? Nous avons dégagé deux axes d’analyse : l’un diachronique, identifiant les principales étapes de création du dispositif en ligne, et l’autre transversal, interrogeant d’une part la construction d’un cadre de représentation, de circulation et d’interprétation du patrimoine et examinant d’autre part l’inscription des objets patrimoniaux et des acteurs dans un jeu de relations sociales. Les résultats de l’analyse montrent que : (1) la matérialité numérique, la circulation hypertextuelle et l’agrégation des données introduisent de nouvelles conditions de transmission patrimoniale ; (2) mais du point de vue de l’interaction entre institutions, publics et objets, le Web (et en particulier le Web 2.0) tend à prolonger des évolutions déjà à l’œuvre dans le champ patrimonial et culturel (participation des publics, démarche citoyenne d’appropriation, réduction de la frontière entre producteurs et utilisateurs). En définitive, il apparaît que l’évolution des pratiques de médiation est moins liée à la nouveauté technique de l’outil communication qu’à la manière de concevoir le projet de communication (représentations du patrimoine, du médium photographique, du public et du geste de médiation lui-même).

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Diffuser-les-collections.html