Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Des vertus antalgiques du discours ? L’expression de la douleur et de l’attachement dans les discours sur la maternité

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Catherine Ruchon : Des vertus antalgiques du discours ? L’expression de la douleur et de l’attachement dans les discours sur la maternité

Thèse en Analyse du discours (Université de Paris 13). Soutenance le vendredi 26 juin 2015 à 14h à l’Université de Paris 13, Institut Galilée, Amphi Ampère.

Membres du jury :
Maryse Dumoulin, Maître de conférences (CHRU Lille)
Dominique Maingueneau, Professeur (Université Paris-Sorbonne – Paris 4)
Francine Mazière, Professeure émérite (Université Paris 13)
Sophie Moirand, Professeure émérite (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3)
Marie-Anne Paveau, Professeure (Université Paris 13) (directrice de thèse)
François Perea, Maître de conférences HDR (Université Paul-Valéry – Montpellier 3)

Cette thèse a pour objet l’expression de la douleur dans les discours sur les maternités dites « à problème » (fausses couches, décès fœtal, mort subite du nourrisson, maladie in utero, handicap, infertilité, adoption, etc.). L’analyse s’appuie sur un corpus composé d’énoncés de sépultures d’enfants et de publications françaises des années 1990 à 2013, notamment une vingtaine d’ouvrages de parents dolents et des extraits de forums de discussion sur l’infertilité et le deuil d’enfant. L’étude de ce corpus sensible a révélé de nombreuses stratégies discursives au travers de plusieurs catégories d’analyse, lexicales, syntaxiques, stylistiques et textuelles, qui permettent aux agents énonciatifs de dire leur souffrance dans un contexte imprégné de la doxa de l’acceptation. Ces éléments soulignent le rôle actif et créatif des énonciateurs considérés ici comme des produsers, à la fois utilisateurs et producteurs de formes langagières. Les résultats permettent d’invalider le stéréotype d’un indicible de la douleur liée à la mort d’enfant et d’étayer l’hypothèse des vertus antalgiques du discours.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Des-vertus-antalgiques-du-discours.html