SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel à communication

Colloque "La Gaule et ses représentations, du XVIe siècle à nos jours. Les Gaulois retrouvés, inventés et recréés", Université Paris-Est Marne la Vallée, 28 mai 2010 (date à confirmer)

Cette rencontre sera l’occasion de réunir chercheurs et spécialistes et de confronter différents domaines de recherche (Littérature, Histoire de l’Art, Histoire et Archéologie) autour d’une période particulière : la Gaule préromaine et romaine. Il s’agira d’étudier les représentations que les Gaulois et Gallo-Romains ont générées dans l’art et la littérature depuis le XVIe siècle et le chassé-croisé qu’elles impliquent avec l’archéologie, à l’origine de ces mêmes représentations.­­­­­­­­

Cadre général de la Journée
Les sciences historiques sont une source d’influence pour des peintres et des écrivains, qui, suivant leur a priori créatif, veulent recréer et rendre présent un passé à jamais révolu. Le recours aux sources scientifiques est pour l’artiste non spécialiste une garantie d’authenticité et par sa création, il donne ensuite forme à un passé que l’historien seul ne saurait reproduire.
Le siècle des Lumières a vu la découverte de Pompéi et les artistes sont allés chercher leur inspiration dans les formes antiques. Ils ont voulu se réapproprier l’esprit de la civilisation classique, considérée comme source de notre humanité civilisée et à l’origine de l’invention du Beau. Pour les artistes et écrivains français, il s’agit aussi d’une quête des origines déplacées en Italie.
Si le passé de Rome se dévoile et fascine, celui de la Gaule est à rechercher, à extirper du sous-sol. Il apparaît obscurci et teinté de mystères. Alors qu’à la fin du XVIIIe siècle, la discipline archéologique en France progresse, précise ses méthodes et son objet d’études, que naît la notion d’Antiquités nationales, les artistes et écrivains iront plus facilement puiser dans ce savoir à des fins variées - parfois nationalistes, parfois par aspiration à un nouvel exotisme.
Cependant, la science historique est relative : les vérités d’hier peuvent devenir des erreurs. Les constantes découvertes archéologiques relèguent au rang de clichés bien des théories qui passent jusqu’alors pour des vérités scientifiques. Les œuvres littéraires et picturales des XIXe et XXe siècles inspirées de l’état des sciences de leur époque sont désormais l’écho de ces clichés. Pourtant, les considérables progrès sur la connaissance des Gaulois et des Gallo-romains n’empêchent pas la survivance d’idées reçues sur Nos Ancêtres idéalisés, tant dans la bande dessinée que dans le cinéma.
Et malgré des méthodes toujours plus rigoureuses, les archéologues portent eux aussi un regard sur le passé qui est nécessairement biaisé par les représentations et les mythes de l’époque à laquelle ils appartiennent, mais dont il est souvent difficile, voire impossible, de se départir.

Axes de travail
La journée de travail sera déclinée selon trois angles d’approche :

  • La réalité du mythe : Comment les artistes et écrivains utilisent, ou n’utilisent pas, le savoir archéologique disponible à leur époque pour (re)créer la Gaule préromaine ou romaine, et à quelles fins ?
  • Le mythe de la réalité : Art et connaissance entretiennent des relations croisées. Comment les archéologues sont influencés par les idées et les productions de leur temps ?
  • La parodie de l’écrit scientifique par l’écrivain.

Résumés des communications (600 mots) à envoyer avant le 15 novembre 2009 à : ludivine.pechoux@univ-mlv.fr

Lieu
Marne la Vallée (77) (Université Paris-Est Marne la Vallée) le 28 mai 2010 (date à confirmer)

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Colloque-La-Gaule-et-ses.html

Dans la même rubrique