Accueil du site > Actualités > A la Une > > Colloque "1940-1962 : Les troubles de la mémoire française", Sénat, 10 décembre 2010.

A la Une

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Colloque "1940-1962 : Les troubles de la mémoire française", Sénat, 10 décembre 2010.

La mémoire française ? Pour la discipline historique, comme du reste pour les autres sciences sociales, l’usage d’un tel mot au singulier, de surcroît accompagné d’un adjectif aussi globalisant, requiert un examen préalable : existe-t-il, au sein d’une communauté nationale, une mémoire collective ? Bien plus, sur un autre registre, le rôle des pouvoirs publics dans la prise en charge commémorative de certains pans de la mémoire collective, et leur contribution, de ce fait, au façonnement de celle-ci, doivent également être étudiés.
De telles analyses, assurément, gagnent à être placées dans une perspective comparative. Comment d’autres États-nations, ayant connu d’autres ébranlements historiques, en ont-ils ressenti les effets et géré les retombées mémorielles ? Et perçoit-on, par-delà une marqueterie de mémoires nationales, l’amorce d’une mémoire plus large, partagée par les populations de l’Europe ? Et, si oui, de quelle Europe est-il question ? La mémoire historique, à supposer qu’elle transcende les frontières nationales, a-t-elle acquis pour autant une teneur et une densité qui la rendent commune à des peuples aux destins initialement très contrastés ?
Faire dialoguer sur ces grands sujets des parlementaires éminents, nourris de leur expérience civique, et des historiens professionnels, formés à une réflexion sur les multiples échos du passé, devrait colorer ces travaux d’une manière originale et féconde.
Cette question, fort logiquement, sera au cœur de la première table ronde d’un colloque qui entend sonder les traces et les marques laissées sur cette communauté par une histoire française qui, entre 1940 et 1962, se fit particulièrement dense. Mais de telles empreintes ne sont jamais reproduites en l’état : entre les ébranlements originels, les ondes de choc en découlant et les perceptions par les générations successives s’interposent et interagissent des processus de transmission qu’il convient également d’analyser. Les médias, notamment, constituent des vecteurs de mémoire aux effets complexes et multiformes. (Jean-Noël Jeanneney, Jean-François Sirinelli).

Programme
Matinée sous la direction de M. Jean-Noël JEANNENEY, Professeur des Universités, ancien ministre
9h30 : Intervention d’ouverture : M. Guy FISCHER, Vice-président du Sénat délégué pour la politique évènementielle, les événements et la société civile
9h45 : Intervention M. Jean-Noël JEANNENEY
10h Première table ronde : Qu’est-ce que la mémoire collective ?
Ouverture : M. Jean-Pierre RIOUX, Ancien inspecteur général de l’Éducation Nationale, président de la Rencontre des mémoires de Strasbourg
Intervenants
M. Yvon COLLIN, Président du groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen du Sénat
M. Daniel SIBONY, Psychanalyste et écrivain
Premier cas pratique : le 10 juillet 1940 , M. Olivier WIEVIORKA, Professeur à l’Ecole normale supérieure de Cachan
11h30 Deuxième table ronde : Médias et mémoire
Ouverture : Mme Isabelle VEYRAT-MASSON, Directrice de recherche au CNRS, Directrice du laboratoire Communication et Politique au CNRS Intervenants
Mme Catherine TASCA, Vice-présidente du Sénat, ancienne ministre
M. Marc FERRO, Historien, directeur d’études à l’EHESS
Mme Rose BOSCH, Réalisatrice du film « La Rafle » (2010), ancienne grand reporter au Point
Conclusion de la matinée : M. Jean-Noël JEANNENEY
Déjeuner buffet
Après-midi sous la direction de M. Jean-François SIRINELLI, Professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris et directeur du Centre d’histoire de Sciences-Po
14h30 : Intervention : M. Jean-François SIRINELLI
14h35 Troisième table ronde : Commémorer, célébrer, transmettre la mémoire
Ouverture : M. Antoine PROST, Historien, professeur émérite à la Sorbonne Intervenants :
M. Pierre FAUCHON, Sénateur
M. Philippe JOUTARD, Ancien recteur, professeur d’histoire à l’Université de Provence
Mme Mechtild GILZMER, Professeure de Littérature et Civilisation Françaises à l’Université Technique de Berlin
M. Philippe-Georges RICHARD, Conservateur général du patrimoine délégué aux Célébrations nationales,
Témoignage vidéo de M. Elie BARNAVI, Directeur scientifique du Musée de l’Europe à Bruxelles, ancien ambassadeur d’Israël en France
Deuxième cas pratique : la guerre d’Algérie M. Benjamin STORA, Professeur à l’université Paris XIII et à l’INALCO / M. Jean FAURE, Sénateur
16h15 Quatrième table ronde : La construction de la mémoire, une perspective étrangère et européenne
Ouverture : M. Benoit FALAIZE, Chargé d’études et de recherches à l’Institut national de recherche, Université de Cergy Pontoise
Intervenants
Mme Sophie BABY, Maître de conférences à l’Université de Bourgogne (sur l’Espagne)
M. François BAFOIL, Sociologue, directeur de recherche au CNRS (sur la Pologne)
M. Jean FRANÇOIS-PONCET, Sénateur, ancien ministre,
Témoignage vidéo de M. Marek HALTER, Ecrivain
Conclusion de l’après-midi : M. Jean-François SIRINELLI
Discours de clôture : M. Jacques LEGENDRE, Président de la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication, ancien ministre

Lieu
Sénat - Salle Clemenceau
15 rue de Vaugirard 75006 Paris
Métro : Odéon, Mabillon, Saint-Sulpice
RER : Luxembourg - Sénat

URL : http://www.senat.fr/evenement/colloque/memoire_francaise/index.html

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Colloque-1940-1962-Les-troubles-de.html