Accueil du site > Actualités > Soutenances de thèses > Circulations-transformations : le stéréotype et la norme re-signifiés. Vers une théorie communicationnelle des processus de stéréotypie et de normativité : les minorités sexuelles et de genre dans les discours marchands et les discours militants.

Soutenances de thèses

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

KUNERT Stéphanie : Circulations-transformations : le stéréotype et la norme re-signifiés. Vers une théorie communicationnelle des processus de stéréotypie et de normativité : les minorités sexuelles et de genre dans les discours marchands et les discours militants.

Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication. Soutenance le 26 novembre 2010 à 14h, (au Celsa - petit amphithéâtre).
Membre du jury : Yves JEANNERET Professeur, CELSA – Université Paris-Sorbonne ; Karine BERTHELOT-GUIET Professeur, CELSA – Université Paris-Sorbonne (directrice de thèse) ; Jean-Jacques BOUTAUD Professeur, Université de Bourgogne ; Frédéric LAMBERT Professeur, IFP – Université Panthéon-Assas.

Cette recherche en sciences de l’information et de la communication aborde les stéréotypes et normes de genre et de sexualité en tant qu’objets communicationnels, dont sont observées aussi bien les constructions dans certains discours marchands et médiatiques (la publicité) que les tentatives de déconstruction dans certains discours militants qui les critiquent. Stéréotypes et normes de genre, d’après les discours critiques qui visent à les déconstruire, seraient apparentés. Ces liens de parenté postulés sont irrigués de conceptions négatives : la norme et le stéréotype comme imposition, comme hégémonie et surtout comme figement. Nous observons cependant, dans les manifestations concrètes de normativité et stéréotypie de certains discours marchands et médiatiques, comme dans les critiques qui les prennent pour objet, des effets de « bougé », de circulation, voire de resignification.
Dans cette recherche, la resignification est définie comme l’effet de certaines pratiques discursives (détournement des représentations sociales, parodie, resémantisation, néologie...) que l’on observe aussi bien dans les discours militants que dans les discours publicitaires. Au-delà de ces pratiques de « braconnage du sens », la resignification est l’effet du processus de sémiose infinie, de traduction de signes en d’autres signes. Norme et stéréotype, pris entre des conceptions figeantes et des pratiques de défigement, se font, défont et refont dans un travail permanent. Ces deux objets (norme/stéréotype) et leurs processus (normativité/stéréotypie) peuvent être considérés comme deux versants d’un même phénomène communicationnel, celui de la circulation-transformation des discours sociaux et des représentations qui s’y forgent.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Circulations-transformations-le.html