SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel à communication

Atelier l’atelier au prochain Congrès annuel de la SQSP "Règles, acteurs, et ressources", 20-21 mai 2010 - Québec

"La communication des institutions de pouvoir" organisé par Philippe ALDRIN, Alain DENEAULT & Nicolas HUBÉ.
La prolifération des produits éditoriaux (bulletins, magazines, newsletters), des campagnes publicitaires, des sites institutionnels d’information initiés par les institutions de pouvoir est l’indicateur d’une banalisation aujourd’hui admise de la communication publique. Depuis un demi siècle, la présence grandissante de messages émis par les acteurs publics a pu s’imposer au prix d’un effort de différenciation, tant dans les postures que dans les dispositifs, avec les codes assimilés à la propagande. Ce processus ne peut se réduire à la vision simplificatrice qu’on en donne volontiers, à savoir le transfert au politique des techniques éprouvées de la communication commerciale (avec un travail d’ajustement plus ou moins important). Car, même lorsqu’elles s’apparentent à des actions de communication "classiques" (études d’opinion, stratégie marketing, plan multicanal de communication), les mises en public des institutions, de leurs acteurs et de leurs discours obéissent toujours aux logiques propres du champ politique : instituer le social, incarner et légitimer l’ordre politique. L’avènement du référentiel de la « gouvernance » et de l’impératif participatif qui le fonde ont affecté les formes visibles de la mise en public du politique. Mais, au-delà des apparences, la multiplication des consultations et autres forums, l’investissement de la blogosphère citoyenne par les sites politiques, l’inventivité débridée d’événements célébrant le dialogue et la capacité d’écoute des institutions de pouvoir signalent plus profondément sinon une révolution du moins une recomposition des conditionnalités (institutionnelles, techniques, sociétales, médiatiques) d’apparition publique du politique.

Dans cette perspective, cet atelier se propose d’étudier sous l’angle communicationnel les dispositifs mettant diversement en scène la disponibilité, l’ouverture et la transparence (nouvelles ?) des institutions de pouvoir. En se plaçant « au service » ou « à l’écoute » des citoyens, ceux-ci substituent le principe participatif au (vieux ?) projet persuasif de l’« acte de propagande », sans néanmoins perdre de vue la finalité absolue de toute communication politique : la légitimation du pouvoir. Les propositions chercheront donc à analyser ces dispositifs non du point de vue de leurs objectifs affichés ou explicites mais comme de potentiels instruments de communication (e. g. le plan de communication événementielle qui accompagne le lancement des dispositifs de démocratie participative) afin de comprendre comment ils visent à (re)produire la légitimé des institutions publiques tout en invisibilisant la dimension fondamentalement politique de leur action.

Les propositions sont à envoyer avant le 16 octobre 2009, à l’adresse suivante : com.sqsp2010@gmail.com

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Atelier-l-atelier-au-prochain.html

Dans la même rubrique