SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel à propositions "Médias sociaux et apprentissage des langues : (r)évolution ?", numéro spécial d’Alsic

Ce numéro spécial devra se situer entre techno-enthousiasme et technophobie. Il accueillera des contributions qui se situent sur un terrain mouvant, instable, ce qu’il est maintenant convenu d’appeler le "web 2.0" ou "web social". Il y a d’abord, en effet, une absence de consensus pour définir le terrain lui-même. Mais terrain mouvant et instable aussi parce qu’en perpétuel mouvement. Depuis que Tim O’Reilley a, le premier, parlé de web 2.0 en 2001, les débats n’ont pas cessé : débats économiques, sociaux, politiques, et bien entendu pédagogiques. Terrain mouvant et insaisissable, finalement, dans le sens de l’absence de repères sur son évolution. Si l’on considère le "hype cycle" de Gartner pour représenter le degré d’adoption et de maturité des technologies pour un groupe social http://en.wikipedia.org/wiki/Hype_cycle, à quelle phase se trouve-t-on et quels sont les défis pour l’avenir ?
Une question épineuse concerne la définition de ce que l’on entendra par médias sociaux, le consensus est loin d’être facile. Pour ce numéro spécial, nous qualifierons de médias sociaux "un ensemble d’applications Internet qui se fondent sur les bases idéologiques et technologiques du web 2.0 et qui permettent la création et l’échange de contenus générés par les utilisateurs" (Kaplan et Haenlein, 2010 : 61, notre traduction). Le web 2.0 sera donc entendu comme la plate-forme permettant aux médias sociaux d’évoluer grâce à la possibilité offerte aux utilisateurs de créer, diffuser, partager et manipuler différents types de contenus, pour la plupart mis à disposition publiquement. Les types de médias sociaux qui seront couverts par ce numéro spécial correspondent aux huit catégories d’outils définies par Conole et Alevizou (2010 : 47-53) dont la typologie nous semble la plus complète à ce jour.
L’incidence sur les processus collaboratifs et les apprentissages en langues sera au cœur d’un numéro qui examinera comment les artefacts sont pris en compte et comment leur usage peut ou non conduire à des apprentissages. Les articles retenus devront donc envisager la manière dont les pratiques d’enseignement / apprentissage des langues sont ou vont être modifiées par les médias sociaux. Assiste-t-on à une simple évolution ou à une révolution ? Pourront être étudiés en ce sens aussi bien les interactions, les processus d’apprentissage collectifs, l’agir numérique que la socialisation, par exemple.

Questionnements
Quelques axes de questionnement se dégagent.
Les potentialités des médias sociaux, reflétées par les trois caractéristiques fondamentales, à savoir l’horizontalité, le contenu généré par l’utilisateur et l’ouverture (Musser et al., 2007), sont-elles véritablement nouvelles dans l’apprentissage des langues ? Quelle est la nature de cette nouveauté et à quels cadres d’analyse se réfère-t-elle ?
Quelle est la relation qui s’instaure entre artefacts web 2.0 et usages ; comment cette relation bidirectionnelle est-elle transformatrice des pratiques, sous un angle socioculturel ?
Existe-t-il des indices permettant de conclure que les médias sociaux peuvent mener à la création d’un paradigme d’apprentissage "nouveau" (cf. Felix, Bax, Levy, Pegrum) ; quelle serait l’essence de cette nouveauté sur le plan épistémologique ?
Qu’en est-il des différents degrés de (non-) complémentarité (voies parallèles, voies qui se rejoignent puis s’éloignent, fusion ?) entre les sphères de l’apprentissage formel et informel ?
Comment les environnements d’apprentissage personnalisé (Personal Learning Environements, PLEs) comme agrégateurs de ressources du web 2.0, interrogent-ils les pratiques d’apprentissage en langues ?
Quel est le rôle des médias sociaux dans les nouveaux espaces temps de l’apprentissage, apprentissage que l’on souhaite tout au long de la vie ?
Quelles incidences peuvent avoir les médias sociaux sur les processus d’apprentissage collectif pour les langues ?

Contributions attendues
Nous accepterons divers types de soumissions :
- études de cas, descriptives ou ethnographiques ;
- recherches expérimentales (avec protocole d’expérimentation et analyse de données, social network analysis) ;
- études de type recherche-action ou recherche-développement ;
- textes de positionnement ou études critiques ;
- études prospectives.

Format
Texte, images, vidéos.

Langues de publication
Les textes seront acceptés en français ou en anglais.

Echéancier
Dans un premier temps nous attendons un résumé de 4 000 signes (espaces non inclus), à envoyer à soumissions_alsic@uni.lu avant le 15 janvier 2011.
Les auteurs retenus seront informés mi-mars 2011 et devront envoyer leur texte complet pour le 1 septembre 2011.Le numéro spécial paraîtra en avril 2012.

Une sélection des ressources bibliographiques employées par les auteurs retenus alimentera la bibliothèque partagée sur le thème de l’apprentissage des langues appuyé par les médias sociaux :
http://www.mendeley.com/groups/542561/language-learning-social-media/

Ce numéro spécial fait partie des activités du réseau européen "Apprentissage des langues : dialogues clés", subventionné par la Commission Européenne http://www.elearningeuropa.info/languagelearning

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Appel-a-propositions-Medias.html

Dans la même rubrique