SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel à contributions revue Télévision n°7"Repenser le récit avec les séries télévisées"

Date limite : 15 juillet 2015

Les séries télévisées contemporaines, notamment anglo-saxonnes et scandinaves, ont complètement bouleversé les représentations traditionnelles sur un genre longtemps décrié : le feuilleton. Avant ce retournement, ce genre populaire était synonyme de racolage, de bricolage narratif, de recyclage de stéréotypes, on aimait relever sa commercialité, ses invraisemblances, voire ses incohérences.
À l’inverse, depuis une vingtaine d’années, à côté des productions de masses, qui continuent à occuper une place importante au sein des fictions télévisuelles, de nouvelles œuvres sont apparues, dont on reconnaît qu’elles ont su exploiter comme jamais auparavant un formidable levier inhérent aux formes sérialisées : une temporalité extensive et ouverte. L’improvisation n’est plus synonyme de bricolage, mais une opportunité de coller à l’actualité du monde et de prolonger l’univers narratif vers des horizons qui débordent toute possibilité de planification. Ces récits offrent la possibilité d’approfondir les personnages dans des proportions inégalées, de les voir évoluer sous nos yeux, en même temps que observons le vieillissement non simulé des acteurs qui les incarnent. De nouvelles façons d’articuler les intrigues apparaissent, jouant sur les emboîtements entre épisodes, saisons et série complète. De nouveaux usages des flashbacks et des flashforwards se banalisent (Lost, Breaking Bad, Damages, Bloodline, Orange is the New black, How I Met your Mother, etc.), alors que ces distorsions temporelles étaient autrefois plus ou moins incompatibles avec le caractère improvisé, linéaire ou répétitif du feuilleton. La réalisation se fait de plus en plus inventive : usages de narrations enchâssées en voix-over, jeux sur les points de vue, effets numériques, etc. Jamais l’attachement au personnage, que permet la durée, n’a été autant lié à l’incertitude de leur destin évolutif (que l’on pense par exemple aux décès en cascade dans Games of Thrones).
Ce numéro visera à regrouper des études portant sur les nouvelles modalités narratives mobilisées par les séries télévisées, en se focalisant en particulier sur les œuvres les plus créatives du paysage contemporain, plutôt que sur les productions formatés. L’accent sera mis sur les innovations apportées par les séries télévisées à l’art du récit, mais aussi sur la manière dont ces innovations nous permettent, en retour, de repenser les catégories traditionnelles et les concepts narratologiques hérités des études littéraires.

Les responsables du dossier sont Raphaël Baroni et François Jost

Les projets doivent leur être envoyés aux adresses suivantes :
raphael.baroni@unil.ch
françois.jost@univ-paris3.fr

Les propositions, qui seront examinées en double aveugle par des membres du comié de rédaction et des chercheurs extérieurs à celui ci, ne devront pas dépasser 1500 signes. Elles doivent formuler des problématiques liées au récit.

Calendrier
Envoi des propositions : avant le 15 juillet 2015 ;
Réponse des organisateurs aux projets d’articles : 30 juillet 2015 ;
Date limite de réception de la première version des articles : 15 octobre 2015 ;
Articles définitifs : 31 octobre 2015.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Appel-a-contributions-revue,6095.html

Dans la même rubrique