SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel à contributions "Le discours politique identitaire - Journée d’étude et numéro thématique de la revue Le discours et la langue.

Coordonnés par Fred Hailon, Arnaud Richard et Marion Sandré pour les laboratoires LLL et Praxiling.
"Nous versus Etrangers. Cette représentation dualiste du monde humain alimente un mythe de concurrence vitale [?], en même temps qu’elle est au principe d’une division fondamentale de l’espèce humaine, fonctionnant comme substitut des vieilles divisions raciales " (Pierre-André Taguieff)

Avril 2002, pour la première fois de l’histoire des institutions républicaines françaises, un candidat d’extrême droite arrive au second tour d’une élection présidentielle. La campagne électorale a pour thème l’insécurité, un thème défendu à l’origine par le Front national. Plus de cinq millions de français ont voté pour Jean-Marie Le Pen.
Mai 2007, le nouveau président, ancien ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, crée un ministère de l’immigration, de l’identité nationale et du codéveloppement.
Novembre, décembre 2009, le débat sur l’identité nationale s’impose en France. Certains intellectuels dénoncent les amalgames qui poussent à définir les bons et les mauvais français.
Juillet 2010, Nicolas Sarkozy, dans le discours de Grenoble, fait explicitement le lien entre immigration et insécurité avec les Roms en bouc émissaire.

Dans ces contextes qui incluent la situation institutionnellle française, le discours social français ne semble pas faire l’économie des discours ethnicisants ou racisants. Cette journée d’étude a pour but de mettre au jour le discours racialisant sous-jacent qui s’est instutionné depuis de nombreuses années dans l’hexagone. La situation n’est pas proprement nationale, toutefois la France semble particulièrement cristalliser les craintes civilisationnelles d’une partie des sociétés européennes. En Italie, en Suisse, aux Pays-Bas, en Suède, pour citer quelques pays, des crispations identaires, nourries d’un racisme différentiel, s’instaurent. La recherche d’une existence du discours raciste dans le discours social français nous paraît plus que jamais d’actualité.
Sur le plan des orientations théoriques, nous souhaitons emprunter aux méthodes de l’analyse de discours dans ces différents champs et perspectives. Les analyses de discours à la française (ADF), à l’anglo-saxonne (CDA), mais aussi l’analyse conversationnelle (AC), peuvent co-exister lorsqu’il s’agit de mettre le média (TV, radio, presse papier, presse numérique, sites internet) sous la coupe analytique. Nous cherchons à établir des ponts dans les singularités et les complémentarités des différents champs d’observation du discours. Les perspectives peuvent s’appuyer sur des observables linguistiques et discursifs, prenant en compte les référenciations sociales. Nous cherchons à associer différentes sémiotiques entre observables linguistiques et conditions socio-discursives de dire. Le travail de l’idéologie en tant qu’il fait circuler des représentations mondaines, possiblement figées historiquement lorsqu’il est question de catégorisation humaine, nous semble un des aspects à prendre en compte. Il s’agit précisément de se placer dans l’idéologie (et non plus seulement de donner un point de vue sur ce qui l’est), pour voir comment celle-ci construit les énonciations et fait son travail sémantique de nomination et de discours. Les jeux de sens et d’associations d’idées peuvent permettre de révéler les structurants linguistiques et identitaires du discours. Les identités discursives racialisantes se réactualisent prenant source dans l’archive des stratifications historiques.
Nous proposons de réunir un ensemble d’analyses qui pourront présenter et confronter leurs différentes approches face à leurs corpus. En proposant une démarche personnelle, mais aussi en donnant un panel d’appuis théoriques, nous espérons donner à l’AD une implication dans le discours des sciences de l’homme en tant qu’outil applicable et utile dans la société.

Les présentations et les échanges seront publiés dans un numéro spécial de revue Le Discours et la langue, (30 000 signes par article).

Dates :
Publication de l’appel : 1er décembre 2010
Envoi de propositions : 15 février 2011
Notification des acceptations : 1er mars 2011
Journée d’étude : 6 et 7 mai 2011 (journée entière + matinée)
Envoi des articles : 1er octobre 2011
Retours et modifications éventuels : 15 octobre 2011
Article en version définitive : 1er novembre 2011
Sortie de la revue D&L : 1er décembre 2011

Les frais de participation seront de 20 euros et inclueront le repas du samedi midi et les pauses-café. Ils s’élèveront à 50 euros au total pour ceux qui souhaiteront aussi prendre part au diner du vendredi soir.
Les propositions seront adressées sous fichier texte (Word, Open Office) à :
discours.politique@gmail.com
Elles n’excéderont pas deux pages (bibliographie incluse).

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Appel-a-contributions-Le-discours.html

Dans la même rubrique