SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel à contribution, journal Nouvelles Vues, Les pratiques visuelles pré-cinématographiques

Plusieurs chercheurs de renom (Crary, Schwartz, Mannoni, Robinson, etc.) se sont attaqués au cours des dernières décennies à l’archéologie de la culture visuelle populaire du 19e siècle et de la Belle Époque. En plus d’enrichir notre compréhension du paysage médiatique et de l’épistémè de cette période (Albera et Tortajada), cette entreprise a permis de remettre en contexte l’émergence du cinéma tout en faisant ressortir la spécificité des phénomènes et dispositifs qui le précédent. Par ailleurs, les études consacrées à cette période mettent en évidence le besoin de nouveauté et de distraction associé à la modernité (Benjamin), ainsi que la montée des masses comme sujet historique.

La recherche au Québec, bien que se trouvant à l’avant-garde du mouvement de redécouverte du cinéma des premiers temps, n’a toutefois jeté qu’un éclairage limité sur les divers dispositifs spectaculaires ayant précédé l’arrivée du Cinématographe dans la Province. On connaît ainsi peu la riche culture visuelle au sein de laquelle les « vues animées » se sont taillées une place au tournant du 20e siècle. On sait qu’à l’époque de l’émergence du cinéma (1896-1906) de multiples « conférences illustrées » étaient données par des pédagogues ou des propagandistes, que des « montreurs de ville » promenaient leurs lanternes magiques dans les campagnes, que les églises et les musées offraient des « panoramas » pour éduquer ou ébahir leurs visiteurs, que les commerces de matériel photographique offraient à leur clientèle stéréoscopes et autres novelties (nouveautés). Il ne s’agit toutefois là que d’une liste sans contenu, ces différents phénomènes n’ayant été abordés au passage que par un nombre très limité de publications.

Nouvelles Vues est à la recherche de contributions originales pouvant enrichir son premier numéro dédié à la culture visuelle populaire et à ce qui est communément appelé le « pré-cinéma ». Il ne s’agira pas de voir comment ces pratiques et dispositifs préparent le cinéma, mais bien de réfléchir aux liens complexes et multiples qui existent entre ces différentes formations culturelles. Les contributions rassemblées au sein de ce numéro pourront aborder l’évolution du paysage médiatique jusqu’au tournant du 20e siècle au Québec, ou encore les relations entre les pratiques associées à la culture visuelle populaire et celles relevant des « vues animées » (jusqu’en 1915). On pourra à cet égard se pencher sur les tensions existantes entre fixité et mouvement, entre oralité et visualité, entre art et divertissement, ou encore entre réceptions individuelle et collective. Il sera également intéressant de faire l’analyse critique de ces dispositifs visuels eu égard aux identités sexuelles et aux classes sociales, de même que de l’usage qu’on en fait au sein des sphères domestique, scientifique, publicitaire, éducative, politique, judiciaire et culturelle. On pourra aussi analyser les liens théoriques entre ces dispositifs pré-cinématographiques et les nouveaux médias (multimédias, jeux vidéos, installations immersives, Moulin à images, cirque, cinéma 3D, théâtre de l’image, etc.) ou leurs résurgences contemporaines (la télésérie Musée Eden, etc.).

Sont plus particulièrement invitées les contributions explorant la position particulière du Québec au sein des réseaux de diffusion des pratiques liés au « pré-cinéma » et à la culture visuelle populaire ; la réception au Québec de dispositifs canadiens et étrangers ; le rôle du Québec comme producteur de technologies et de spectacles visuels ; de même que les stratégies d’appropriation développées par les agents de diffusion au Québec. Les dispositifs abordés peuvent inclure :

La lanterne magique et la conférence illustrée, notamment l’important fonds de 1250 plaques disponibles en ligne sur le site du Musée McCord
Les ombres chinoises, les projections de soirées électorales et les illuminations
Les chansons illustrées avec plaques fixes
L’art pariétal amérindien dans ses aspects visuels et performatifs
Les jouets optiques, le stéréoscope et la chronophotographie
Les musées de cire (Musée Eden, Musée catholique canadien, Musée de cire de Québec) ou les cabinet de curiosités, les automates et les spectacles de la morgue
Le Cyclorama de Sainte-Anne-de-Beaupré, la photographie panoramique et les panoramas
Les arcades, les Kinetoscope et Mutoscope, les peep-shows et les folioscopes
Les illustrations de presse et les premières bandes dessinées
Les vitrines des grands magasins et les affiches
Les tableaux vivants, la magie, le Pepper’s Ghost, la danse serpentine, le music-hall, la féerie et les autres spectacles scéniques basés sur une visualité spectaculaire
Les parcs d’amusement (Sohmer, Dominion et Riverside) comme spectacle visuelle, les attractions foraines, les exhibitions de « freaks », les reconstitutions historiques, les spectacles de rayons x et d’électricité, les congrès eucharistiques, les pageants et le carnaval
Le Crystal Palace de Montréal (1860) et les grandes expositions
Toute autre pratique ou phénomène relevant de la culture visuelle populaire et du pré-cinéma au Québec
La phonographie de la Belle Époque dans sa parenté avec le cinéma comme art de l’enregistrement

Veuillez envoyer votre proposition de 500 mots à l’adresse suivante : jean-pierre.sirois-trahan@lit.ulaval.ca au plus tard le 31 mars 2012.

Les articles acceptés devront être rédigés en français ou en anglais, comporter entre 25 000 et 45 000 caractères, espaces comprises, et être livrés au plus tard le 1er octobre 2012. Les articles seront ensuite évalués et commentés anonymement par deux membres compétents d’un comité de lecture ad hoc.
Dirigé par Jean-Pierre Sirois-Trahan (Université Laval), Nouvelles Vues est une revue savante publiée en ligne depuis 2003. Le numéro « Les pratiques visuelles pré-cinématographiques » est dirigé par Germain Lacasse (Université de Montréal) et Louis Pelletier (Université Concordia).

Bibliographie

ALBERA, François et Maria TORTAJADA (dir.), Cinema Beyond Film. Media Epistemology in the Modern Era, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2010, 280 p. CHARNEY, Leo et Vanessa R. SCHWARTZ, Cinema and the Invention of Modern Life, Berkeley, University of California Press, 1995, 409 p. CHIK, Caroline, L’image paradoxale. Fixité et mouvement, Villeneuve-d’Ascq, Septentrion, 2011, 292 p. CRANGLE, Richard, Stephen HERBERT et David ROBINSON (dir.), Encyclopaedia of the Magic Lantern, Londres, The Magic Lantern Society, 2001, 360 p. CRARY, Jonathan, Techniques of the Observer : On Vision and Modernity in the Nineteenth Century, Cambridge, Mass., MIT Press, 1990, 171 p. GRIFFITHS, Alison, Shivers Down Your Spine : Cinema, Museums, and the Immersive View, New York, Columbia University Press, 2008, 372 p.. LACASSE, Germain, Le bonimenteur de vues animées, Paris/Québec, Méridiens Klincksieck/Nota Bene, 2000, 229 p. MANNONI, Laurent, Le grand art de la lumière et de l’ombre : archéologie du cinéma, Paris, Nathan, 1995, 512 p. RABINOVITZ, Lauren, For the Love of Pleasure : Women, Movies, and Culture in Turn-of-the-Century Chicago, New Brunswick, NJ : Rutgers University Press, 1998, 233 p. SCHWARTZ, Vanessa R., Spectacular Realities : Early Mass Culture in Fin-de-Siècle Paris, Berkeley, University of California Press, 1998, 230 p. WILLOUGHBY, Dominique, Le cinéma graphique. Une histoire des dessins animés : des jouets d’optique au cinéma numérique, Paris, Textuel, 2009, 286 p. Les revues Early Popular Visual Culture et The New Magic Lantern Journal, la collection de plaques de lanterne en ligne du Musée McCord, ainsi que le site de la Magic Lantern Society of the United States and Canada

Bibliographie québécoise

ARSENAULT, Daniel, « Une énigme venue de la préhistoire : les sites d’art rupestre au Québec », Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec, n° 37, 1994, p. 62-65. ARSENAULT, Daniel, « Le projet Nisula : recherche pluridisciplinaire autour d’un site à pictogrammes (DeEh-1) en Haute-Côte-Nord », en collaboration avec L. Gagnon, C.A. Martijn et A. Watchman, Archéologies québécoises, série « Paléo-Québec », no 23, 1995, p. 17-57. BOURASSA, André-G. et Jean-Marc LARRUE, Les nuits de la Main. Cent ans de spectacles sur le boulevard Saint Laurent, Montréal, Éditions VLB, 1993, 361 p. CARON, Isabelle, Le Cyclorama de Jérusalem à Sainte-Anne-de-Beaupré et la question de ses origines, mémoire de maîtrise, Université Laval, 2000, 161 f. GAUDREAULT, André et Jean-Pierre SIROIS-TRAHAN, La vie ou du moins ses apparences. Émergence du cinéma dans la presse de la Belle Époque (1894-1910), Montréal, Cinémathèque québécoise/GRAFICS, 2002, 87 p. HAZAN, Olga, La culture artistique au Québec au seuil de la modernité : Jean-Baptiste Lagacé, fondateur de l’histoire de l’art au Canada, Québec, Septentrion, 2010, 612 p. LACASSE, Germain, Histoires de scopes. Le cinéma muet au Québec, Cinémathèque québécoise, Montréal, 1989, 104 p. LAMONDE, Yvan et Raymond MONTPETIT, Le Parc Sohmer de Montréal, 1889-1919. Un lieu populaire de culture urbaine, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1986, 231 p. LARRUE, Jean-Marc, Le monument inattendu : le Monument-National de Montréal, 1893-1993, Montréal, HMH-Hurtubise, 1993, 322 p. NOPPEN, Luc (avec la collaboration de Marie-Paule Bergeron-Binette, Sophie Lafrance et Édith Lessard), Le panorama de Québec, Québec, Éditions Continuité, 1990, 7 p. POMERLEAU, Jeanne, Métiers ambulants d’autrefois, Montréal, Guérin, 1990, 467 p. BÉLANGER, Léon-H., Les Ouimetoscopes : Léo-Ernest Ouimet et les débuts du cinéma québécois, Montréal, VLB Éditeur, 1978, 247 p.

À titre informatif, le GRAFICS possède des dizaines de milliers d’articles et documents issus de la presse québécoise des années 1895-1915 et pourra fournir des références aux chercheurs dont la proposition sera acceptée.

Outre les journaux, on consultera aussi les revues culturelles (Le Monde illustré, L’Album universel, L’Almanach du peuple, Le Passe-temps, Montréal qui chante, La Vie artistique, Le Théâtre, Le Populaire, Le National, etc.) ; les bottins téléphoniques Lovell’s et les plans d’assurances accessibles sur le portail de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) ; les archives des séminaires et organismes d’enseignement ; les collections de Bibliothèque et Archives Canada et de BAnQ, de la Cinémathèque québécoise et des universités ; les archives du Musée McCord et du Musée de la Civilisation ; les sociétés historiques locales.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Appel-a-contribution-journal.html

Dans la même rubrique