SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel à communications, journée d’étude des étudiants d’archivistique d’Angers, "Les portails documentaires : un atout pour les archives ?", Angers, 14 février 2014

Date limite : 15 décembre 2013

Depuis une dizaine d’années, on observe une augmentation de l’usage des outils informatiques et d’Internet dans les services d’archives. Cependant, une diminution significative de la fréquentation du public dans les salles de lecture et sur les sites Internet est actuellement observable. Parallèlement, l’évolution des nouvelles technologies laisse apparaître une difficulté : trouver une information pertinente. Celle-ci est noyée dans le bruit du fait de la multiplicité et de la dispersion des sources ainsi que de la diversité des outils permettant d’accéder à ces sources. De nouveaux besoins se font alors sentir. Les chercheurs désirent trouver les informations les plus utiles pour les thèmes qu’ils étudient. En outre, ils souhaitent accéder ou localiser rapidement des documents. Les modes de recherche doivent évoluer.

Les portails documentaires

Cet outil est évolutif et finalement assez difficile à définir à cause de ses multiples formes et de son apparition assez récente.Plusieurs terminologies sont employées pour désigner les portails documentaires : on parle également de méta-catalogue ou de plate-forme de recherche. Les portails documentaires ont été initialement utilisés par les bibliothèques. Peu à peu, leur utilisation s’est répandue dans la sphère culturelle, notamment dans les musées et les services d’archives.

On considérera ici les portails comme un outil permettant un accès unifié à des ressources documentaires et archivistiques dispersées (données numériques et numérisées) grâce à des robots qui vont chercher les métadonnées intéressantes (moissonnage, recherche fédérée, protocole d’interrogation, interopérabilité). Cet outil a également l’avantage d’être personnalisable.

Les enjeux des portails documentaires dans le monde des archives ?

Rapportés aux archives et à la description complexe à plusieurs niveaux, les portails documentaires peuvent-ils devenir des portails archivistiques ? Les archives peuvent-elles intégrer les portails documentaires ? Comment fournir un contenu adapté et adaptable aux usagers, paramétrable en fonction de thèmes, de périodes chronologiques ou de zones géographiques ? Est-il pertinent de simplifier la recherche grâce à une interface unique ? Quelle part peut-on réserver au collaboratif ?

Problématique Actuellement, le public des archives décroît et la fréquentation des sites internet d’archives est en baisse. Quelle stratégie employer pour trouver de nouveaux utilisateurs, les guider, les motiver et les fidéliser ? Quelles nouvelles réponses peuvent apporter les portails documentaires ?

Les axes de recherche identifiés pour cette journée d’étude peuvent porter sur les problématiques suivantes :

Thème 1 - Le portail documentaire, un outil au service des archives ? On cherchera à poser des définitions et à éclaircir la terminologie. Un panorama quantitatif ou qualitatif des portails existants et une histoire des portails à travers des exemples emblématiques seraient appréciés. La question du lien entre portail et archives ouvertes est aussi à poser.

Thème 2 - Acteurs et stratégies On s’attachera à questionner les échelles : quels sont les enjeux européens et, à l’autre bout de la chaîne, les formes du dynamisme local ? Comment se positionne le SIAF ? Quelle part prennent les acteurs non-archivistes – monde de la recherche, associations, monde marchand ?

Thème 3 - Les portails documentaires à l’épreuve des usagers Si on se place du point de vue des usages, comment les internautes s’approprient-ils ces outils ? Peut-on rendre compte des utilisations qu’ils en font ? En sont-ils satisfaits ? Qu’apportent les démarches qualité ? Où en est la personnalisation au service des usagers ?

Modalités de soumission
Les projets de contributions, pour une durée de 20 minutes d’intervention orale, sont à envoyer à l’adresse suivante : adelaide.laloux@gmail.com

avant le 15 décembre 2013.
Les projets doivent mentionner :

les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, courriel, fonction et institution de rattachement),
le titre de la communication,
l’objectif visé,
une brève présentation du contenu.

Comité scientifique
Le comité scientifique est composé de :

Patrice Marcilloux, professeur des universités en archivistique à l’Université d’Angers
Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique à l’Université d’Angers
Valérie Neveu, maître de conférences en bibliothéconomie à l’Université d’Angers
Anaël Roinard, président de l’AEDAA

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Appel-a-communications-journee-d,4880.html

Dans la même rubrique