SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel à communications, colloque "Médiations informatisées de l’autorité : nouvelles écritures, nouvelles pratiques de la reconnaissance ?"

Date limite : 15 juillet 2015
L’intrusion des technologies numériques dans tous les domaines de l’activité humaine et les transformations des rapports de l’homme avec ses univers professionnel, culturel et social semblent ouvrir une nouvelle ère. L’émergence de nouveaux dispositifs d’une part transforme les formes d’écriture précédentes, et d’autre part textualise des pratiques de communication et d’échange qui jusqu’alors restaient extra-textuelles. Dans ce nouveau contexte médiatique, les processus de la diffusion, de la reconnaissance, de la légitimation, de l’autorisation à la parole, à l’expression se transforment. Les réseaux numériques (lieux d’auto-publication, plate-formes collaboratives, archives ouvertes et sites Web de « réseautage social »…) forment des appareils définissant les conditions tant de la diffusion de travaux et d’œuvres que de la mise en valeur de soi. Des techniques d’audience, relatives au numérique, comme le « buzz » ou les connexions des « profils » et CV entre professionnels, chercheurs, amateurs ou artistes suscitent une remise en question des pratiques concernant la réputation et la visibilité professionnelle ou sociale.

On propose de travailler, dans le cadre de ce colloque, sur les médiations de l’autorité dans le cadre des mutations médiatiques engagées par le numérique : comment la « présence » dans l’espace médiatique numérique impacte-t-elle l’autorité ? Quelles définitions faut-il retenir aujourd’hui de ce terme, sachant la complexité de son histoire et la multiplicité de ses formes ? Quelles différences et quelles complémentarités penser avec des notions connexes aujourd’hui comme « popularité », « visibilité », « réputation », etc. ? Assiste-t-on à l’émergence de nouvelles normes de la légitimation ? Quelles articulations s’établissent-elles entre les pratiques d’auto-publication, d’auto-édition, d’auto-promotion des textes et la valeur d’autorité ? Quel est le point de vue des participants dans les espaces numériques voués à la publication d’échanges ? Les espaces numériques peuvent-ils contribuer à la formation de nouvelles « autorités » ?

Quelles que soient leurs orientations, les contributions veilleront à analyser des processus sociaux en rapport avec les modalités d’écriture médiatique, c’est-à-dire avec les matérialités des dispositifs et des pratiques.

Nous proposons d’aborder la notion d’autorité selon trois axes :

I. Pratiques de la légitimation – ou comment l’on s’autorise

Quels sont les outils et instruments concrètement utilisés par les acteurs lancés dans un projet de construction d’autorité ? Quelles figures de l’utilisateur sont-elles mobilisées dans ses écritures numériques ? Comment les usagers des technologies composent-ils avec les opportunités de communication ouvertes par la communication en ligne ? – Il s’agira ici d’analyser l’autorité comme un processus d’autorisation personnelle et/ou collective, permettant la légitimation et la qualification dans un domaine d’expertise et/ou de savoirs.

II. Les lieux de l’autorité construits par les dispositifs médiatiques – ou ce qui fait référence

Les environnements socio-numériques et/ou info-documentaires (sites web de réseautage socio-professionnel, dispositifs de publication numérique…) peuvent être considérés comme des institutions discursives, des lieux du discours, engageant des processus d’autorité spécifiques, des modes singuliers de reconnaissance et de notoriété. Quels sont les ressorts de cette institutionnalisation ?

III. Transformation et continuité des « métiers d’écriture » ­– ou comment se recompose l’écriture

On examinera sous cet axe les mutations professionnelles liées au développement, en ligne, de nouvelles modalités de l’autorité. Comment se renouvelle la conception de l’autorité dans les métiers du journalisme, de l’écriture de fiction, de l’essayisme, de la publication et de la publicisation scientifique, etc. ? Voit-on apparaître de nouveaux avatars professionnels dans les métiers de l’écriture ?

Modalités de soumission
Les propositions de 5000 signes (espaces compris) environ seront envoyées en deux versions, dont l’une totalement anonymisée en format .doc à autoritecolloque@gmail.com

avant le 15 juillet 2015

Le texte complet de 25000 (espaces compris) sera envoyé au plus tard le 15 janvier 2016.

Calendrier
Fin 2016 : Publication des actes.
17-18 mars 2016 : Colloque.
15 janvier 2016 : Réception des textes définitifs (camera ready, 25000 signes espaces compris).
15 septembre 2015 : Retours des évaluateurs (avec suggestions).
15 juillet 2015 : Dernier délai pour soumettre les propositions (5000 signes espaces compris, hors bibliographie).
15 juin 2015 : Lancement de l’appel à communications.
17-18 mars 2016 :colloque

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Appel-a-communications-colloque,6100.html

Dans la même rubrique