SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel à communication colloque "Etre journaliste, aujourd’hui, à l’ère de la mondialisation de la communication : l’exemple des pays arabes et africains", Tunis, 21-22 avril 2011.

L’univers des médias et des journalistes dans le monde, comme en Tunisie, et dans les pays arabes et africains, connaît, depuis une vingtaine d’années, des mutations plurielles et variées. Les effets croisés des technologies de communication, de la mondialisation des échanges et de la demande sociale, de l’irruption d’acteurs privés dans l’audiovisuel, et la constitution d’un marché de type concurrentiel ont changé complètement la donne. Avec la généralisation de l’accès à Internet et des technologies de communication, des antennes paraboliques précisément, l’ouverture du paysage audiovisuel aux « privés »,… les espaces d’expression s’élargissent et l’aspiration des journalistes à plus d’autonomie et leur tentation à vouloir briser des tabous deviennent plus grandes.

Problématique générale<br> Cette nouvelle donne engendre un paradoxe : la demande sociale exprimée par les publics et les journalistes devient prégnante au moment où la question du rôle et de la place de l’Etat face à l’éclosion d’un paysage médiatique aussi diversifié se pose avec acuité. Autrement-dit, dans plusieurs pays de notre région, les technologies de la communication offrent la possibilité aux individus à effectuer leurs choix médiatiques, ils peuvent aussi créer des réseaux d’échange entre eux et se muer en journalistes citoyens pour exprimer leurs opinions et diffuser leurs informations en dehors des canaux institutionnels. Face à cette diversité de situations, notre ambition est de circonscrire les manières par lesquelles les journalistes qui se déploient dans ce monde des médias, évoluent, s’adaptent, se singularisent par des manières « propres », selon les contextes et leurs expériences personnelles. Notre objectif est alors d’analyser tous ces aspects - visibles et non visibles - en privilégiant, dans la mesure du possible, l’analyse comparative.

Ces mutations et manières de faire des journalistes revêtent plusieurs aspects à la fois ; nous en avons délimité quelques unes d’entre elles :
1 - De la configuration même du monde des journalistes : Il s’agit de dresser une sociographie de la profession de journaliste.
2 – Des pratiques professionnelles des journalistes des médias publics et des médias privés. Dans cette perspective, il convient de nous interroger sur la place, l’influence et les missions reconnues - ou que se donnent- les journalistes qui exercent dans les médias (presse, radio, télévisions,…) « privés » et dans les médias « publics ».
3 - Observer les formes nouvelles d’expression qui se déploient sous les effets de cette nouvelle donne.
4 – Examiner les textes et scruter la pratique administrative face à ces mutations.
Il ne s’agit, en fait, que de quelques pistes autour desquelles peuvent s’articuler différentes études. Mais bien évidemment, ces propositions ne sont pas limitatives, et sont susceptibles d’être complétées et enrichies par d’autres thèmes.

Nous invitons les personnes qui souhaiteraient participer à cette rencontre scientifique à bien vouloir se conformer au calendrier suivant :
15 janvier : Soumission des propositions de participation en indiquant la thématique, la problématique, le cadre méthodologique et la bibliographie (un à deux feuillets)
15 février : La notification d’acceptation des propositions après sélection par le Comité scientifique
31 mars : La date de remise définitive des textes

Les propositions de communications et les textes définitifs sont à envoyer par courriel à :
ipsi@ipsi.rnu.tn
contact@ipsi.rnu.tn

Coordinateurs : Larbi Chouikha et Hamida El Bour

Composition du Comité scientifique :
Zohra GHARBI, Maître de conférences, Directrice de l’IPSI, Tunisie)
Larbi CHOUIKHA, Professeur universitaire, Directeur de l’unité de recherche "Médias et société" IPSI, Tunisie
Alain KIYINDOU, Professeur des universités, Université Bordeaux 3, Président de la Société française des sciences de l’information et de la communication, France
Jameleddine NAJI, Professeur universitaire, titulaire de la Chaire UNESCO en communication publique et communautaire à l’ISIC à Rabat, Coordinateur du dialogue national "Médias et société", Maroc
Bertrand CABEDOCHE, Professeur en sciences de l’information et de la communication, responsable de la chaire UNESCO en communication internationale (Réseau Orbicom) et des relations internationales du Gresec, Université de Grenoble, France
Ridha NAJAR, Professeur universitaire, expert en sciences de l’information et de la communication, Tunisie
Mohamed HAMDANE, Professeur universitaire, Directeur de l’unité de recherche "Communication publique", IPSI, Tunisie
Salwa CHARFI, Maître de conférences, IPSI, Tunisie
Racha MEZRIOUI, Maître-assistante, membre de l’unité de recherche "médias et société", IPSI, Tunisie
Hamida EL BOUR, Maître-assistante, membre de l’unité de recherche "médias et société", IPSI, Tunisie
Mehdi JENDOUBI, Maître-assistant, IPSI, Tunisie
Taoufik YAACOUB, Maître-assistant, IPSI, Tunisie
Nouri LAJMI, Maître-assistant, IPSI, Tunisie
Sadok HAMMAMI, Maître-assistant, Université de la Sharjah, Emirats Arabes Unis

Comité d’organisation :
Le directeur et les membres de l’unité de recherche "Médias et Société : Larbi CHOUIKHA, Sabah MAHMOUDI, Moncef AYARI, Racha MEZRIOUI, Hamida EL BOUR.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Appel-a-communication-colloque,3061.html

Dans la même rubrique