SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel à articles "Modélisation et Réseaux entre XXe et XXIe siècles", FluxNuméro 85 (juillet-septembre 2011).

Née dans le giron de la recherche nucléaire américaine, la modélisation trouve dans l’informatique et l’augmentation constante de ses capacités de calcul les moyens de son application à des domaines toujours plus nombreux. Aujourd’hui, étroitement liée à la météorologie, à l’aéronautique, à la physique, à la gestion et au traitement des données économiques ou comportementales, elle permet une meilleure compréhension des phénomènes complexes grâce à la production de représentations interprétables, reproductibles et simulables. En outre, avec les systèmes en temps réel, la modélisation s’adapte aux contraintes de temps qu’impose le suivi de systèmes dynamiques dans un contexte où la rapidité de traitement des données est aussi importante que le résultat.
Clef de voute en matière d’aménagement, de mobilité ou de gestion des risques, la modélisation a contribué à l’émergence de nouvelles pratiques de gestion et d’évaluation autour de tableaux de bord et d’indicateurs, mais également en s’appuyant sur des formes de représentation graphique inédites comme la 3D, qui donnent à voir, permettent de résoudre et d’anticiper.
Outil d’expertise central dans la prise de décision, la modélisation joue également de plus en plus un rôle dans la communication entre communautés techniques hétérogènes, experts et décideurs, ou parfois même à destination du grand-public en posant la question du transfert et de la circulation des modèles, des méthodologies et des dispositifs, non seulement à l’échelle des organisations, mais également à l’échelle internationale entre contextes nationaux.
Enfin, la modélisation participe de la « mathématisation du monde » et soulève des critiques que la récente crise des subprimes a illustré : scientisme, divorce entre la théorie et le réel ou encore dissolution des responsabilités des acteurs concernés. Dans le cas de la biométrie, elle fait redouter une réduction de l’homme à quelques mesures qui permettent son fichage, synonyme de surveillance globale et de deshumanisation.

Ce numéro de Flux se propose ainsi de mettre en perspective, depuis les années 1950, les évolutions des pratiques, des théories et des outils de la modélisation informatique appliquée aux réseaux. Les différents domaines (énergie, télécommunications, transports…) sont concernés. Les approches faisant une place aux implications sociétales, l’étude des controverses, des craintes, des utopies seront particulièrement bienvenues.

Responsables du numéro :
Pascal Griset (pascalgriset@gmail.com) et Benjamin Thierry (benjaminthierry@gmail.com).
Les articles sont à envoyer à la rédaction de Flux pour le 29 avril 2011 sous la forme suivante : texte principal entre 30 000 et 40 000 caractères, résumé de 1000 à 1500 caractères
en français et en anglais, notice biographique du ou des auteurs de 600 caractères environ.

Flux – Virginie Detournay : virginie.detournay@enpc.fr

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Appel-a-articles-Modelisation-et.html

Dans la même rubrique