SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel "Les visages de l’histoire engagée : les rapports entre le passé, l’actualité, les médias et la cité", site www.HistoireEngagee.ca

En lançant le site www.HistoireEngagee.ca, de jeunes chercheurs ont voulu offrir une histoire accessible, liée davantage aux enjeux actuels et débordant le champ souvent trop restreint du domaine universitaire et des revues scientifiques.
La discussion autour de la notion d’histoire engagée, de son utilité ou des inconvénients de sa pratique demeure cependant ouverte. En effet, il reste à répondre à plusieurs questions fondamentales. Par exemple, pourquoi faire de l’histoire engagée en 2010 ; qui la fait ou qui devrait la faire ? Les historiens —amateurs ou professionnels— ou les chercheurs en sciences humaines en général sont-ils déconnectés de la réalité sociale actuelle ? Les auteurs d’ouvrages, de monographies, de biographies ou d’articles historiques se sont-ils trop éloignés des préoccupations entretenues par la majorité de leurs concitoyens ? Si oui, est-ce un phénomène universel, planétaire ou seulement occidental ? Est-ce que les travaux historiques occupent une plus grande place dans l’espace public ailleurs dans le monde, c’est-à-dire ailleurs qu’au Québec et au Canada ? Dans ce cas, comment pourrait-on expliquer l’indisposition québécoise et canadienne à vouloir lier histoire, Cité, public et médias ? Est-ce parce que les historiens eux-mêmes ne désirent plus prendre cette place publique ou médiatique, depuis notamment les rôles très visibles et souvent politiques qu’ont joués au pays des historiens comme Donald Creighton, Ramsay Cook, Lionel Groulx, ou Guy Frégault ? Ou est-ce que les réformes scolaires et la place de l’histoire dans les écoles québécoises et canadiennes auraient à voir avec cet état des choses ? Au contraire, l’histoire servirait-elle mieux la société en demeurant en retrait des débats sociaux, culturels, politiques « trop chauds » ou actuels ? Vouloir occuper une place plus grande dans les débats contemporains et dans les médias risque-t-il de dénaturer le sens critique et d’analyse si cher aux travaux historiques ou encore de mener éventuellement ou même inévitablement au « présentisme » ?
Tels sont des exemples de questions qu’il serait possible d’approfondir dans le dossier initial qui lancera officiellement les activités du site www.HistoireEngagee.ca. Cet appel d’articles s’adresse aux chercheurs de toutes les disciplines, y compris les étudiants aux cycles supérieurs, les professeurs, les archivistes, les intervenants communautaires ; bref, à tous ceux et celles qui s’intéressent au rôle de l’histoire au sein de la société. Les textes pourront aborder des thèmes théoriques, concrets, contemporains, comparatifs, québécois, canadiens ou internationaux.

Les contributions, d’une longueur de 2000 à 4000 mots (voir directives aux auteurs : http://histoireengagee.ca/directives-aux-auteurs/) sont attendues avant le 15 mai 2010.

Prière d’envoyer le tout à l’adresse courriel suivante :
contributions@HistoireEngagee.ca.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Appel-Les-visages-de-l-histoire.html

Dans la même rubrique