SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

Appel Colloque IVe rencontres Droit et cinéma : regards croisés, "Le vote à l’écran", 2-3 juillet 2011, Université de La Rochelle.

La quatrième édition des rencontres « Droit et cinéma : regards croisés », organisées depuis 2008 pendant le Festival International du Film de La Rochelle, sera consacrée au vote à l’écran. Une publication regroupera les communications faites au cours des rencontres et des contributions écrites spécifiques, notamment dans la revue Politeia.
On s’attachera essentiellement, dans ce cadre, au vote politique (excluant, par exemple, le vote au sein d’un jury autour duquel se rétrécit l’espace du huis clos judiciaire, déjà envisagé lors d’un précédent colloque [1]). Le corpus à étudier est d’abord constitué des films relatifs aux scrutins institutionnels qui visent à élire les gouvernants et les représentants, ainsi qu’aux référendums, qu’affectionne le cinéma [2] les milieux professionnels (Coup pour Coup, Salt of the Earth, Le Crime de M. Lange), des structures ou institutions, des corporations, des ordres (ainsi, récemment, avec Des Hommes et des Dieux), voire des triades (Election 1 et 2). Enfin, les votes peuvent aussi être empiriques, voire spontanés, quand un groupe ou une communauté y a recours pour prendre une décision qu’inspire la procédure démocratique, pour le meilleur ou pour le pire. Il en est ainsi depuis que de « bons citoyens » votent en faveur du lynchage de suspects qui s’avèreront innocents (The Ox-Bow Incident) ou entérinent par le vote une liste noire visant à éliminer physiquement des émigrants récemment installés (Heaven’s Gate). Il est possible, même, que gueux et truands s’expriment par vote sur le sort d’un coupable qui nuit à leurs intérêts (M. ein Stadt sucht ein Mörder et M). , de Frank Capra (Mr. Smith Goes to Washington) ou John Ford (The Man Who Shot Liberty Valance, The Sun Shines Bright, The Last Hurrah) à nos jours (The Manchurian Candidate) en passant par le cinéma des années soixante-dix (The Manchurian Candidate, The Candidate).
Le colloque envisagé a une ambition multidimensionnelle. Le sujet ouvre évidemment à des lectures constitutionnelles, au travers d’œuvres qui démontent l’organisation, le mécanisme, le rituel des grands scrutins : tantôt c’est la souveraineté démocratique (directe ou représentative) qui est questionnée au travers de la consultation (Adieu Poulet, Vogliamo i Colonnelli, Le Président), associée parfois aux grandes mutations politiques (telle l’indépendance dans Lumumba) ; tantôt c’est la difficulté de son avènement et le dévoiement de ses idéaux qui interpelle (Advise and Consent, Vincere, Il Divo, Goodbye Bafana). Le colloque invite aussi à une lecture politique de films dont le sens idéologique peut être questionné (Soleil Trompeur, Le Repentir, Vote + Fusil, Scarface, Duck Soup), ainsi que leur perspective réformiste ou légitimiste, de même que l’on peut focaliser sur leur objet éventuellement plus précis (stratégies, alternance, bipolarisation, ouverture, plébiscite…). Que disent, en outre, les votes empiriques ? Pointent-ils un déficit démocratique ? Rejouent-ils une démocratie contre l’État ? S’agit-il au contraire d’acquiescer à une forme de décision ontologiquement démocratique ? Une approche sociologique de la période électorale est possible : conscience et responsabilité politique de l’électeur (La Guerre est Finie), intérêt plus ou moins grand des citoyens ou des intéressés, classes d’âges des électeurs, contradictions entre base et élites politiques (Il Portaborse, Le piège à Cons, L’albatros), populisme (O’Brother, Power), émergence des minorités sexuelles (Harvey Milk)... Certains axes adjacents peuvent encore être privilégiés (ainsi le rôle des médias en période électorale : A Face in the Crowd).
En évoquant le vote à l’écran, il s’agit aussi d’interroger les modes de représentation qui lui sont réservés, en choisissant comme objet le film cinématographique non documentaire. Dans cette perspective, le champ est ouvert très largement : ainsi, le processus électoral peut-il être l’objet principal d’un film (Primary Colors, Feu sur le Candidat, The Best Man) ou venir en contrepoint (Nashville), l’élection elle-même peut-elle céder la place à la campagne électorale (La Fleur du Mal, Il n’y a pas de Fumée sans Feu) et ses à-côtés fictionnels (Bob Roberts) ou réels (Bobby), certains films sont-ils métaphoriques, par exemple en montrant un vote ouvertement anachronique (films sur l’Antiquité ou le Moyen Âge) ou en introduisant un parallèle monarchique (Que la Fête Commence, La Presa del Potere di Luigi XIV) etc.
Les communications proposées peuvent naturellement s’inscrire dans toute l’histoire politique et toute l’histoire cinématographique, et s’intéresser à toutes les cinématographies nationales, sans exclusive.

Les propositions de communications devront comporter : 6 000 signes maximum ;
le titre de la communication, sa problématique, le corpus filmique ;
une petite notice biographique du contributeur ;
et être transmises avant le 1er mars 2011 aux adresses des quatre organisateurs :
Xavier Daverat, professeur de droit privé, Université Montesquieu Bordeaux IV xavier.daverat@u-bordeaux4.fr
Magalie Flores-Lonjou, maître de conférences en droit public, Université de La Rochelle mflores@univ-lr.fr
Agnès de Luget, maître de conférences en droit public, Université de La Rochelle aluget@univ-lr.fr
Jean-Marie Tixier, maître de conférences en littérature et cinéma, Université Montesquieu Bordeaux IV tixier@u-bordeaux4.fr

La liste des propositions retenues par le comité scientifique sera communiquée le 20 avril 2011. Cette liste comportera deux sections : une section concernant les communications retenues pour les rencontres et la publication qui suivra, une section concernant les communications retenues pour la seule publication.
Il est demandé aux contributeurs qui ne souhaitent soumettre qu’une proposition qu’aux fins de publication - sans participer aux rencontres - de bien vouloir l’indiquer lors de l’envoi de celle-ci.
La version finale des communications retenues sera à remettre pour le 1er octobre 2011 en observant la feuille de style (V. Annexe).
Le colloque se tiendra à La Rochelle les 2 et 3 juillet 2011.

ANNEXE : FEUILLE DE STYLE
Titre de la communication
Prénom Nom, 2e Auteur…, nième Auteurn
Institution1, Laboratoire, Pays
Institution2, Laboratoire, Pays
une ligne blanche ici
Mise en page

I.1 Dimensions
Le format des actes ne sera pas en A4. Le texte doit impérativement être mis en page comme le présent document, en respectant scrupuleusement son interligne simple et les marges suivantes (veillez également à vos figures) :
Marge haut : 55 mm ;
Marge bas : 58 mm ;
Marge intérieure : 43 mm (en fonction de la page paire ou impaire) ;
Marge extérieure : 47 mm (en fonction de la page paire ou impaire).

I.2 Police
Utiliser systématiquement la police "Corbel" ;
Taille normale : 12 pts, style PUL-corps de texte ;
Taille des indices : 10 pts ;
Taille des notes de bas de page : 10 pts ;
Taille du titre principal : 15 pts gras centré ;
Taille du sous-titre optionnel : 14 pts centré ;
Taille pour la liste des auteurs : 14 pts ;
Taille pour les institutions : 12 pts Italique, style Labo-recherche ;

[1] V. A. de LUGET et M. FLORES-LONJOU Dir., Le huis clos judiciaire au cinéma, Geste éd., 2010 ; http://droit-gestion.univ-larochelle.fr/Colloque-Droit-et-Cinema-Regards.html
[2] V. J. PORTES, "Des élections dans le cinéma américain", Le temps des médias, 2006/2, (7), pp. 78-86.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/Appel-Colloque-IVe-rencontres.html

Dans la même rubrique