SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

AAC colloque Radio en mobilité

Date limite : 24 mai 2019

Ce Colloque international est organisé par le GRER (Groupe de recherches et d’études sur la radio) en collaboration) avec l’équipe PRIM (Pratiques et ressources de l’information et des médiations, EA 7503), du 21 au 23 novembre 2019, avec l’accueil et le soutien de l’Université de Tours, des IUT de Tours et de Blois.

Le GRER continue à explorer les formes et les mutations de la radio, dans le cadre de ce nouveau colloque, en collaboration avec l’équipe PRIM de l’Université de Tours. Après avoir analysé la notion de service – déclinée à travers les questions du service public et des services aux publics – nous nous penchons sur une dimension profondément contemporaine et en même temps intemporelle : celle de la mobilité. Intemporelle car la radio, tour à tour clandestine, pirate, périphérique, transnationale, transportable, adaptable, routière, a toujours rimé avec mobilité. Contemporaine car liée à de nouvelles technologies mobiles bouleversant les cadres de production, de diffusion et les pratiques, tout particulièrement dans le domaine de l’information. La mobilité, avec Internet, est peut-être la notion qui caractérise le plus l’âge digital de la radio. Et pourtant, elle n’a pas fait l’objet d’un travail de réflexion et de recherche spécifique – ou trop peu – dans le cadre des études sur les mutations numériques de ce média.

Ainsi dans le prolongement de recherches actuelles autour de la numérisation de la radio, largement diffusées dans la revue RadioMorphoses, ce colloque autour de la notion de « mobilité » vise donc à rassembler des chercheurs travaillant sur la radio (ou tout autre média dans une perspective comparative avec la radio). Leurs communications pourront s’inscrire dans le cadre d’un ou plusieurs des 4 axes thématiques ci-dessous :

Les nouveaux usages en mobilité Des travaux sur les nouveaux modes d’usages liés à la consommation de la radio en mobilité, ou au podcasting, sont les bienvenus. On pourra s’intéresser aussi à ce que les applications radio sur smartphones apportent en termes de services, d’interactions, d’expériences enrichies pour l’auditeur. Enfin se pose la question de la mesure des audiences en mobilité, de nouveaux outils et méthodes pour mieux les saisir.

Le journalisme mobile : nouvelles pratiques et figures informationnelles en mobilité Des analyses pourront porter sur la manière dont une nouvelle forme de journalisme, le MoJo ou journalisme mobile, affecte les pratiques traditionnelles, voire l’identité d’une profession et définit un nouveau rapport aux publics. On pourra s’interroger sur la manière dont cette mobilité informationnelle modifie notre rapport à l’espace, fait émerger de nouveaux publics, voire de nouvelles figures intermédiaires de l’information avec de nouvelles caractéristiques.

Radio et mobilité physique : circulation, accessibilité, accélération On pourra faire des propositions liées à deux concepts particuliers renvoyant à diverses fonctions et services rendus par la radio : ceux d’extensibilité (la possibilité de surmonter les difficultés de circulation, la capacité à se déplacer) et d’accessibilité (la possibilité d’atteindre le point désiré). La question même de l’accessibilité peut être élargie aux problèmes de mobilité physique ou de cohabitation de divers types de publics dans l’espace urbain. La vitesse, l’accélération qui symbolisent autant le vaste domaine des transports que celui de l’information dont les moyens, les voies de diffusion, ne cessent d’augmenter et de gagner en instantanéité, sont à explorer également.

Quand la radio fait bouger les lignes : clandestinité, engagements et mobilisations La mobilité évoque également les flux migratoires, les diasporas, le déplacement de populations. On pourra dans ce cadre s’intéresser aux radios dont la principale mission est de maintenir le lien avec le pays d’origine, de maintenir un lien social entre des populations séparées dans des circonstances particulières, permettant un « voyage immobile ». La radio permet aussi l’expression de différences, de dissonances, passant parfois par la clandestinité, l’externalisation des studios. Elle porte et accompagne des mobilisations, des mouvements protestataires, des manifestations quand elle n’est pas un élément central d’une mobilisation. Des approches historiques pourront être également privilégiées à propos de radios mobiles ou déplacées ayant permis à un mouvement de résistance, une opposition, un gouvernement expatrié, de se faire entendre, de s’organiser, voire de contribuer à inverser le cours d’une histoire.

Calendrier

Réception des propositions : 24 mai 2019 ; notification de la décision après évaluation en double-aveugle : 20 juin 2019 ; remise des textes complets : 25 octobre 2019. Modalités de soumission et publications

La proposition de communication comportera un titre (et sous-titre), un résumé, 5 à 7 mots clés et la mention de son inscription dans une ou plusieurs des thématiques de l’appel. Elle développera, sur 6000 à 8000 signes espaces comprises, le cadre théorique, sa problématique et ses hypothèses, l’approche méthodologique et des indications bibliographiques. Nous accepterons des propositions en français, anglais ou espagnol. Le titre, le sous-titre et le résumé seront traduits en français s’ils ne sont pas initialement formulés dans cette langue.

Ces propositions seront envoyées en format Word (.doc) par mail, celui-ci portant en objet la mention « Colloque REM 2019 – proposition de communication ».

Les propositions seront anonymisées (suppression des métadonnées auteur) et ne comporteront pas de référence aux travaux de l’auteur.e (excepté sous la forme « Auteur (année), Titre »). Seule la première page comportera le titre, le nom et affiliation institutionnelle de l’auteur/e.

Les propositions seront envoyées à l’adresse suivante au plus tard le 24 mai 2019 : colloque.rem@gmail.com

Après sélection, les textes des participants seront d’abord intégralement publiés en ligne. Les contributions devront compter au maximum 30 000 caractères, espaces et bibliographie comprises.

Ultérieurement, une sélection de textes (40 000 à 50 000 signes) sera également publiée, après une nouvelle expertise scientifique en double aveugle, dans le n°7 de la revue électronique du Grer : RadioMorphoses [http://www.radiomorphoses.fr/], à la fin du printemps 2020.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/AAC-colloque-Radio-en-mobilite.html

Dans la même rubrique