SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

AAC Séminaire doctoral Doct’Isor "Faire l’histoire des sens par les productions médiatiques et culturelles "

Date limite : 14 novembre 2018

Depuis 2014, le séminaire des doctorants de la composante Images, Sociétés, Représentations (ISOR) du Centre d’Histoire du XIXᵉ siècle se réunit une fois par mois pendant le deuxième semestre universitaire pour encourager les échanges entre jeunes chercheurs travaillant sur des sources visuelles, radiophoniques ou audiovisuelles. Elle leur permet de présenter leurs recherches, d’en discuter avec d’autres jeunes chercheurs et de les valoriser – les communications peuvent donner lieu à une version écrite publiée dans le carnet de recherche Doct’Isor et la page du séminaire sur Hal-SHS ou encore d’un article dans la revue Sociétés & Représentations. Les étudiants de Master sont vivement incités à se joindre à ce séminaire et à venir y présenter leurs propres recherches dans un cadre moins formel que celui d’un exposé universitaire ou d’une soutenance.

Cette année, le séminaire se concentrera sur une thématique unique : « Faire l’histoire des sens par les productions médiatiques et culturelles ». Ce thème s’inscrit dans la poursuite des trois axes de réflexion privilégiés lors des précédents séminaires (représentations et imaginaires ; histoire sociale et histoire des médias ; récit, fiction et histoire) tout en l’ouvrant à de nouveaux questionnements, plus spécifiques, liés à l’histoire des sens et des sensibilités.

La préoccupation historienne pour l’histoire des sens n’est pas récente : Charles Seignobos remarquait déjà ne pouvoir « comprendre les mouvements d’un danseur sans entendre la musique sur laquelle il danse » [PROST, 2010, p. 190], tout comme Lucien Febvre invitait à se pencher sur la vie affective, c’est-à-dire sur les sensibilités et les émotions [FEBVRE, 1941]. Mais ce n’est que depuis une trentaine d’années que le champ de l’histoire des sens s’est véritablement développé en France, sous l’impulsion d’Alain Corbin, inspiré par l’anthropologie sensorielle développée outre-Atlantique [GELARD, 2016].

L’ouïe, l’odorat, la vue, le toucher, le goût permettent à l’être humain de percevoir le monde extérieur, et peuvent, sous l’effet de l’émotion, exprimer des états d’âme, des bouleversements internes. Les sens créent une relation entre le moi et le monde, entre l’intérieur et l’extérieur, l’individuel et le collectif. Ainsi les perceptions sensorielles sont-elles centrales pour comprendre les sociétés du passé. Mais l’historien se heurte à leur caractère invisible, immatériel, insaisissable car profondément ancrées dans l’intimité et l’individualité de chacun, en fonction de ses sensibilités propres. C’est donc par traces que l’historien doit procéder pour appréhender ces phénomènes, qui ont en commun avec les émotions, d’être « passagers » [AMBROISE-RENDU et al., 2014, p.13] – traces qu’il retrouve dans plusieurs types de sources : littérature, peinture, traités médicaux, littérature scientifique, films, etc. Dans le cadre du séminaire, nous nous concentrerons plus précisément sur les productions médiatiques (presse, films, émissions de radio ou de télévision) et culturelles (art, littérature) en laissant de côté les écrits personnels et la littérature scientifique.

En quoi les productions culturelles et médiatiques peuvent-elles nous renseigner sur les perceptions sensorielles passées ? Et à l’inverse, comment peuvent-elles être, elles-mêmes, créatrices de sens, d’émotions ?

Plusieurs axes d’études pourront être envisagés, sans être exhaustifs :

Les productions culturelles et médiatiques comme sources pour l’histoire des sens. Que peuvent-elles nous dire sur les manières de voir [MERLEAU-PONTY, 1985], entendre [KAHN, 1999 ; FARGE, 2009], sentir [CLASSEN, 1994], goûter [HACHE-BISSETTE et SAILLARD, 2015 ; ROGER, 2016] et toucher [ROBLES et SAVELLI, 2013] ? Alors que plusieurs disciplines se sont penchées sur les sens, il s’agirait ici de mettre en commun méthodes de travail et grilles de lecture pour faire l’histoire des sens à partir de ces sources.
La question de la hiérarchie des sens sera également à prendre en compte – selon les aires culturelles, les périodes historiques, assigne-t-on la même place aux sens, les uns par rapport aux autres ? La réflexion pourrait également porter sur les handicaps sensoriels et leurs représentations dans la littérature, les médias, etc.
Comment livres, films, peintures et musiques parviennent-ils à véhiculer des « images sensitives », de l’odeur nauséabonde du château de Versailles sous Louis XIV aux sensations de froid, de faim, de saleté des soldats de la guerre 1914-1918 ? Il serait également intéressant d’aborder les éventuelles différences de représentation des sens selon les supports (écrits, images, sons, etc.).
Les productions culturelles et médiatiques comme génératrices de sens. Comment sollicitent-elles notre vue, notre ouïe, notre toucher, et parfois même notre odorat et notre goût ? Et quelles émotions produisent-elles ? La question de la reconstitution des perceptions sensorielles pourrait également être abordée alors que se multiplient les expériences de reconstitution de paysages sonores [PARDOEN, 2017], des recettes ou des parfums antiques, etc.
Avec une perspective claire d’histoire culturelle et sociale, le séminaire cherchera à encourager une réflexion historienne sur toutes les périodes historiques et toutes les aires culturelles.

Modalités de soumission
Les propositions de communications sont à envoyer avant le mercredi 14 novembre 2018

à l’adresse suivante : etudiantsisor@gmail.com. Elles comporteront un intitulé provisoire, un résumé du projet d’intervention (400 mots maximum) et quelques informations relatives à l’auteur permettant aux organisateurs d’échanger avec lui en vue d’une préparation commune de la séance (nom du directeur de recherche, sujet de thèse, université de rattachement, adresse mail et numéro de téléphone). Pour plus d’informations, rendez-vous sur le carnet de recherche des doctorants d’ISOR (https://isor.hypotheses.org/).

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/AAC-Seminaire-doctoral-Doct-Isor.html

Dans la même rubrique