SPHM Infos

envoyer l'article par mail title= envoyer par mail Version imprimable de cet article Version imprimable Augmenter taille police Diminuer taille police

AAC Intercâmbio, Revue électronique d’études françaises de l’université de Porto, Série II, nº 11 - 2018, "Le fait divers, caméléon à découvert"

Date limite : 30 juin 2018
Le caméléon est le plus souvent connu pour son incroyable faculté à changer de couleur. L’encyclopédie du Larousse précise que « depuis les études de H. Parker en 1938, elle n’est plus considérée par les scientifiques comme un art du camouflage adapté au milieu, mais comme l’expression des émotions ou des variations de température du caméléon. »

De même, le fait divers journalistique est très malléable et sa propension à passer si facilement d’un média à un autre permet à Annik Dubied et Marc Lits de le catégoriser en tant que « genre transmédiatique ». Passage d’un média à un autre, mais aussi, parfois, d’une forme d’expression artistique à une autre, notamment au travers de la littérature et du cinéma.

Si le fait divers est prompt à changer de couleur en fonction des émotions suscitées chez celui qui le re-crée ou encore de la température du lecteur que le rédacteur peut s’amuser à faire descendre ou monter, au gré des effets escomptés, alors l’enjeu consistera à comprendre le fonctionnement d’une matière tirée du réel se déclinant dans toute une diversité de tons employés, de mécanismes narratifs mobilisés et de procédés formels adoptés pour servir, en mots et / ou en images, des effets variés allant de la stupeur à l’horreur, en passant par la réprobation, le frisson, l’ironie complice, la désolation ou encore l’amusement, pour mentionner les plus courants.

Les organisateurs du nº 11 d’Intercâmbio (Revue électronique d’Études Françaises de l’Université de Porto), intitulé « Le fait divers, caméléon à découvert », sollicitent ainsi les contributions de chercheurs en études médiatiques et /ou interculturelles, interartistiques qui porteraient sur un ou plusieurs passages d’un même fait divers réel. Il pourrait s’agir de traitements comparatifs au sein d’une même famille générique (par exemple l’étude de deux films inspirés du même fait divers) ou de croisements génériques (les modalités médiatiques en contrepoint avec les littéraires).

Axes retenus
Perspective médiatique (presse écrite / audiovisuelle)
Modalités artistiques (littérature, cinéma, bande-dessinée, peinture, etc.)
Croisements arts et médias
Traitement diachronique
Variations tragiques
Déclinaisons humoristiques
Géocritique du fait divers
Représentations croisées du criminel
Comparaison des manifestations d’empathie envers les victimes
Rapports aux sources de documentation
L’écheveau des discours, la modalisation
Didactique du fait divers en classe de Français Langue Maternelle, Français Langue Seconde ou Étrangère


Modalités pratiques d’envoi des propositions
Nous vous prions de bien vouloir nous faire parvenir vos propositions (250 mots maximum) accompagnées d’une brève notice biobibliographique (10 lignes maximum)

jusqu’au 30 juin 2018 au courriel suivant intercambio@letras.up.pt

Les propositions retenues feront l’objet d’un envoi de l’article définitif jusqu’au 31 octobre 2018 dans le cadre de consignes et d’un protocole de rédaction que nous vous transmettrons après réponse du comité scientifique.

Nous vous invitons à visiter notre revue sur :

http://ler.letras.up.pt/site/default.aspx?qry=id05id1184&sum=sim
Langues de rédaction : français et portugais.

Citer cet article : http://www.histoiredesmedias.com/AAC-Intercambio-Revue-electronique.html

Dans la même rubrique